Oui à la fermeture de 17 réacteurs nucléaires, non à l'EPR de Flamanville !

AddThis Social Bookmark Button

 

 

L'Union démocratique bretonne accueille avec intérêt l'annonce de Nicolas Hulot de fermer un certain nombre de réacteurs nucléaires, "jusqu'à 17" selon ses propres mots.

Pour l'UDB, l'industrie nucléaire fait peser un risque permanent sur la population. Elle produit des déchets dangereux à très longue durée de vie et fonctionne grâce à des matériaux épuisables. Il est clair que le nucléaire ne peut constituer une solution durable pour remplacer les énergies fossiles. Une volonté assumée de tourner progressivement la page du nucléaire pourra en revanche stimuler puissamment l'innovation et la recherche dans le secteur des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique.


S'il faut saluer la volonté affichée de réduire réellement la dépendance de la France au nucléaire, on ne peut en revanche que s'alarmer de la mise en activité prévue de l'EPR de Flamanville. Comment comprendre qu'une nouvelle centrale soit mise en activité, alors même qu'on sait à quel point le démantèlement des centrales existantes sera long et difficile? L'EPR de Flamanville souffre par ailleurs de malfaçons qui le rendront plus dangereux encore qu'une centrale "classique".

L'UDB appelle Nicolas Hulot à s'engager pour un moratoire sur la mise en service de nouvelles centrales nucléaires, comme il a su le faire pour les forages d'hydrocarbures.

L'UDB salue la mémoire de Simone Veil

AddThis Social Bookmark Button
 

 
Femme de conviction et de courage, Simone Veil a porté toute sa vie la mémoire de la Shoah, qu'elle a vécu dans sa propre chair. Surmontant les cauchemars qui la hantaient, elle a tendu la main au peuple allemand pour construire l'indispensable Europe politique, seul chemin possible pour éviter à notre continent de revivre éternellement les mêmes horreurs. 

 
En 1975 elle a porté avec conviction, face à l'hostilité de la plupart des hommes politiques de son propre camp et parfois face à leurs insultes, la loi sur l'Interruption Volontaire de Grossesse, qui a ainsi permis d'ouvrir aux femmes la possibilité d'avorter. Simone Veil est un symbole du mouvement féministe, dont les combats ne sont malheureusement pas terminés encore aujourd'hui. 

 
Nous saluons la mémoire d'une femme qui a eu la force de porter ses convictions à l'Assemblée Nationale pour la cause de toutes les femmes, qui inspire et continuera d'inspirer les revendications pour une égalité entre les hommes et les femmes et une société plus égalitaire.
 
 
Nil Caouissin 
Porte-parole de l'UDB

Intervention de PE.Marais sur l'avenir de la filière bilingue à Nantes

AddThis Social Bookmark Button

 

30/06/2017

 

INTERVENTION EN CONSEIL MUNICIPAL 30/06/2017

-VILLE DE NANTES-

Enseignement bilingue Français-Breton (délibérations 6 & 7)

 

Madame le maire, cher-e-s collègues,

 

Je tiens tout d’abord à partager avec notre majorité, la satisfaction d'une poursuite de l’investissement de notre Ville dans les politiques éducatives dynamiques. Cette délibération et la suivante nous proposent en effet de voter pour la construction de deux nouveaux groupes scolaires. Ces deux nouvelles écoles sont nécessaires et traduisent l'attractivité de notre ville que la réouverture du musée des arts saura amplifier.

Je forme à l'occasion du vote de cette délibération, le vœu que pour l’un de ces deux groupes scolaires, nous puissions travailler avec l’Éducation nationale à proposer une nouvelle filière bilingue français-breton après celle des Marsauderies, des Batignolles et après l’ouverture souhaitée en 2018 d’un troisième site bilingue public sur Nantes nord. Cela pourrait marquer encore davantage l’engagement de notre majorité dans une politique de valorisation de la diversité linguistique, à l’égal de beaucoup de villes européennes comme Cardiff ou Bruxelles.

Je voudrais terminer cette intervention par une alerte sur la baisse des financements publics pour les deux écoles Diwan de Nantes. Ces écoles sont bilingues, associatives, laïques et gratuites mais la baisse des financements publics met en danger leur fonctionnement. Elle compromet le principe de gratuité qui est garant de la mixité sociale existant dans ces deux écoles installées, l’une aux Châtaigniers, près des Dervallières et l’autre au cœur du Clos-Torreau.

Nous avons depuis le début de ce mandat soutenu ces écoles qui concourent à la diversité de l’offre pédagogique offerte aux nantaises et nantais. Il me semble important qu’aujourd’hui , à l’instar du volontarisme dont nous faisons preuve par la construction de deux groupes scolaires, des solutions puissent être trouvées pour aider au développement des écoles Diwan dans la capitale historique de la Bretagne.

 

Pierre Emmanuel Marais

(conseiller municipal délégué à la diversité linguistique, pédagogique et culturelle et aux activités périscolaires)


L'UDB Loire-Atlantique adresse ses félicitations à François de Rugy

AddThis Social Bookmark Button

 

La Fédération UDB de Loire-Atlantique adresse ses félicitations à François de Rugy pour son élection comme Président de l'Assemblée.

Avec le député Paul Molac et les trois députés corses de la fédération Régions-et-peuples solidaires dont l'UDB est membre, nous espérons que la question des territoires sera débattue dans le sens d'une reconnaissance de leurs spécificités, loin des doctrines centralisatrices à l'œuvre depuis des décennies.

Nous savons que François de Rugy, dorénavant quatrième personnage de l'Etat, a toujours été offensif sur la recherche de solutions pour ces combats que nous menons en commun. La défense des langues et cultures régionales, la réunification de la Bretagne, la mise en œuvre d'une vraie réforme territoriale, restent à obtenir pour que les inégalités territoriales ne s'accroissent pas en France

Michel Beaupré, responsable fédéral.

 

Intervention d'Ana Sohier au conseil municipal de Rennes

AddThis Social Bookmark Button


Le 26 juin 2016


Mme La Maire, chers Collègues,

 

Alors que nos nouveaux députés sont installés à l’assemblée nationale, et que le nouveau gouvernement nous prépare l’intégration des dispositions de l’état d’urgence dans le droit commun ou la révision du code du travail par ordonnances, je souhaitais intervenir pour rappeler que notre conception de la démocratie est à 100 lieues de ces considérations actuelles.

 

L'actualité nous hurle que ça s'engage mal, mais depuis quelques temps nous avions déjà les prémices d’une politique libérale destructrice de droits acquis de longues luttes. Nous vivons un retour en arrière, la France qui ose encore s’afficher comme pays des droits de l’homme est bien loin de l’idéal qu’elle promeut. Même Jacques Toubon s’inquiète des atteintes aux droits fondamentaux, comme à Calais où les associations sont empêchées de venir en aide aux exilés qui ont des conditions de vie inhumaines et ou la fourniture d’eau potable a été interdite le 31 mai dernier.

 

Le nombre important de votants s’opposant au Front National et votant pour « En Marche » au second tour de l’élection présidentielle sous prétexte que nos libertés fondamentales seraient menacées, nous montre l’impasse dans laquelle le système français coule.

 

Les démocrates de gauche qui s’opposaient précédemment à ce genre de système ont été absorbés, il n’y a plus de force d’opposition qui tienne la marée. Pour certains, le seul recours serait d’aller dans le rue, mais nous ne pouvons considérer que ce soit la seule solution. Le risque est maintenant d’être dans un rapport de force excluant tout type de débat démocratique. Ce type de populisme n’est pas la réponse concrète qui nous permettra de repenser le système. Peut-être s'agirait-il enfin d'œuvrer avec le citoyen pour que le monde de demain soit plus démocratique et plus en phase avec la vie quotidienne des habitants.

 

La fabrique citoyenne promue par la ville de Rennes était bien partie, mais ne faudrait-il pas accélérer pour co-construire réellement l’intégralité des politiques publiques avec les citoyens et les acteurs.

 

Les institutions sont en crises et l'urgence n'a jamais été aussi importante de s'unir pour qu’une vraie vie démocratique voit le jour. Nous sommes clairement dans une impasse de pensée politique, le renouvellement s’engagera quand l’intérêt général ne se focalisera pas sur le seul critère de la croissance économique pour penser le progrès social. Heureusement, certains l'ont compris, nous aurons 3 députés Corses qui pourront œuvrer en faveur des droits fondamentaux des peuples et des territoires à l’assemblée nationale.

 

Le Grand Ouest, un boulet pour la recherche

AddThis Social Bookmark Button

 

 

Après avoir échoué par deux fois à obtenir les financements « IDEX », La COMUE « Université Bretagne-Loire » (UBL) enregistre un nouveau revers avec le retrait du CNRS. La recherche serait-elle donc condamnée à l' échec en Bretagne, en Anjou et dans Le Maine?

La qualité des formations et des projets n'est pourtant pas en cause. Le problème vient de la structuration et de la lisibilité : d'un point de vue géographique, comme en termes de dynamiques de travail, l'UBL manque de cohérence.

L'Union démocratique bretonne avait alerté dès le départ sur une erreur fondamentale : croire que le « plus grand » fait gagner en attractivité et en efficacité. C'est bien ce présupposé idéologique, hélas classique en France, qui a amené la recherche bretonne à se noyer dans un « Grand Ouest » vague, s'étendant de Brest au Mans, illisible à l'international, et visiblement inadapté à une coopération de long terme.

Que de temps perdu, que d'énergie dépensée en vain ! Il est temps d'arrêter les frais.


L'Union démocratique bretonne appelle à renoncer au projet raté d'Université du Grand Ouest qu'incarne l'UBL, et à revenir à une coopération plus resserrée, mais aussi plus cohérente et plus lisible, en reprenant le projet d'Université européenne de Bretagne et en l'ouvrant aux établissements d'enseignement et de recherche de la Loire-Atlantique.

 

Second tour des élections législatives : position de l'Union démocratique bretonne (UDB).

AddThis Social Bookmark Button

 



Pas de consigne de vote globale pour l'Union démocratique bretonne
Soutien à Jean-Luc Bleunven dans la 3è circonscription du Finistère (Brest-rural)

L'Union démocratique bretonne, membre de la plate-forme Oui la Bretagne, remercie les électeurs qui ont donné leur suffrage à ses candidats au premier tour des élections législatives.

En Bretagne comme dans l'ensemble de la France le bilan est alarmant pour la démocratie, avec une abstention qui progresse encore et une personnalisation écrasante de l'élection. La logique du parti unique, sous quelque régime politique que ce soit, n'a jamais servi la démocratie. Depuis l'instauration d'un nouveau calendrier électoral en 2002, les élections législatives ont perdu leur sens premier, celui d'élire des hommes et des femmes en charge de voter les lois et de contrôler l'action du pouvoir exécutif.

Si une victoire large de la majorité présidentielle semble se dessiner, tout n'est pas encore joué avant le second tour. Solidaire de Oui la Bretagne, l'Union démocratique ne donne pas de consigne de vote globale en Bretagne. En revanche, dans la troisième circonscription du Finistère (Brest-rural) elle apporte son soutien à Jean-Luc Bleunven, député sortant dont la compétence, le travail, l'ouverture d'esprit, le désintéressement et le souci de transparence dans l'utilisation de la réserve parlementaire ont valeur d'exemplarité. L'UDB félicite ses partenaires de la fédération Régions et Peuples Solidaires en Corse et en Alsace dont quatre candidats accèdent au second tour avec, pour plusieurs, de réelles chances de l'emporter le 18 juin.

Des députés de Régions et peuples solidaires pourront faire entendre une voix différente et contribuer à faire vivre le pluralisme, dans une Assemblée qui risque d'être dominée par un seul parti. Ils pourront également faire entendre la voix des territoires, notamment des plus fragiles, dans un contexte rendu inquiétant par le nouveau plan de coupe dans les budgets des collectivités préparé par La République en Marche.

A plus long terme, il semble bien que la gauche soit à reconstruire en Bretagne comme ailleurs. Pour l'UDB, ce travail devra se faire sur de nouvelles bases. La pensée de l'égalité, qui confond parfois égalité théorique et égalité réelle, ne pourra plus faire l'impasse sur la diversité des territoires et des cultures. L'autonomie régionale et locale, dans le cadre d'une république fédérale et non plus jacobine, pourra être un remède à la crise de la démocratie représentative. L'UDB entend contribuer au nécessaire débat sur la fondation d'une nouvelle gauche à partir du livre-programme qu'elle présentera au public à l'automne prochain.

 

Les fédéralistes doivent pouvoir participer au débat politique !

AddThis Social Bookmark Button




L'UDB organise trois rassemblements mercredi soir, devant les sièges de France 3 à Rennes, Brest et Nantes, pour dénoncer l'exclusion de Oui la Bretagne des débats télévisuels des élections législatives.

France 3 Bretagne organise ce mercredi 7 juin un débat, retransmis en direct, entre les « principaux » candidats aux élections législatives, à savoir les représentants de La République en Marche, du Front national, des Républicains, du Parti socialiste et de La France Insoumise. Comme d'autres formations politiques, nous sommes d'emblée exclus du débat par le service public, alors que Oui la Bretagne était la quatrième force politique aux élections régionales en Bretagne administrative.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel précise pourtant sur son site internet que le principe d'équité repose notamment sur "la représentativité des candidats qui prend en compte, en particulier, les résultats du candidat ou de la formation politique aux plus récentes élections". Le pluriel indique bien que les élections régionales de 2015 devraient être prises en compte dans l'appréciation du "principe d'équité". Sur quelle base objective s'est donc fondée la direction de France 3 Bretagne pour exclure Oui la Bretagne du débat?

N'oublions pas que les premières institutions démocratiques connues, celles d'Athènes, avait pour principe fondateur l'isègoria : l'égalité du temps de parole. En biaisant l'information, le service public ne joue pas son rôle. Le problème ne se pose d'ailleurs pas seulement en Bretagne: le réseau Régions et peuples solidaires, auquel appartient l'UDB, a engagé une procédure de référé-liberté devant  le Conseil d'Etat suite à la décision du CSA de redistribuer la durée des émissions de la campagne audiovisuelle publique. Rappelons ici qu'En Marche (et d'autres partis) bien que n'ayant pas participé aux Législatives en 2012 ni à aucune élection intermédiaire, européennes, départementales, régionales a vu son temps d'antenne multiplié par 5.

N'acceptant pas ce traitement discriminatoire de la part du service public, qui devrait réserver un traitement égal à tous les candidats, l'Union démocratique bretonne appelle à se rassembler devant les studios de France 3 à Rennes, à Nantes et à Brest, à 19h ce mercredi 7 juin, à la fin du débat en direct organisé par France 3 Bretagne.

Nil Caouissin
Porte-parole de l'Union démocratique bretonne

07 87 36 41 66

Facebook Youtube Twitter Google Plus Flick’R

Gwazh Twitter

R&PS

Pour suivre les actualités de l'université 2017 de R&PS ou échanger des informations sur le sujet, utilisez #UERPS2017

EuropeanFreeAlliance

&Wales as well, shame on Westminster, leaving Europe shows even more how limited their scope became looking at the… https://t.co/m73w8OoYoH

EuropeanFreeAlliance

RT @NeoEgarenc: @erikwill just noticed the word is already spreading on this outrageous story. Fell free to share your thoughts after viewi…

EuropeanFreeAlliance

RT @anamirandapaz: Domingo dende Galiza solidaridade e denuncia da durísima sentencia aos presos políticos Saharauis de #GdeimIzik.Estivemo…

EuropeanFreeAlliance

RT @seny1714: As a Catalan who believes in true democracy, I feel helpless. Spanish TV declined to broadcast it. Shame! @BBC @CNNPolitics

EuropeanFreeAlliance

RT @seny1714: As a Catalan who believes in true democracy, I feel helpless. Spanish TV declined to broadcast it. Shame! @thevocaleurope @p

EuropeanFreeAlliance

RT @seny1714: As a Catalan who believes in true democracy, I feel helpless. Spanish TV declined to broadcast it. Shame! @FT @guardian @lem

Hor c’houlzadoù
Gant UDB

• L'Unvaniezh Demokratel Breizh • L'UDB Yaouank • Régions et Peuples Solidaires • Emglev Libr Europa • Ar c'hannad Paul Molac • Dilennidi-rannvro UDB •  Dilennidi-gêr UDB •



Blog an dilennadeg Europa 2014

Gerioù-alc’hwez