Fédération UDB Loire-Atlantique / Kevredad UDB Liger-Atlantel

Fédération UDB Loire-Atlantique

Nous contacter • http://loire-atlantique.udb-bzh.net

Kevredad UDB Liger-Atlantel

Mont e darempred ganeomp • http://liger-atlantel.udb-bzh.net

Blog des élus municipaux de l'UDB - Loire-Atlantique

Blog dilennidi-gêr UDB - Liger-Atlantel

Facebook : facebook.com/udbloireatlantique • Twitter : twitter.com/UDB44 

4 rue Menou 44000 Nantes

Tel : 09 80 99 93 06 

Responsables fédéraux Référents locaux

Responsable fédéral : Michel Beaupré

Secrétaire fédéral : Pierre-Emmanuel Marais

Trésorier fédéral : Hervé Carro

Responsable presse : Yannick Queré

Ancenis - Châteaubriant. Jean-Luc Pellerin

Pays de Nantes. Aurélien Boulé

Pays de Saint-Nazaire - Presqu'ile. Pierre Even.

 


 

Réaction de l'UDB Loire-Atlantique au départ de Bruno Retailleau.

AddThis Social Bookmark Button

 

Bruno Retailleau a choisi de quitter la Présidence de la région administrative des Pays de la Loire. Moins de deux ans après son élection, cette décision illustre pour l'UDB le désintérêt des politiques tournés vers Paris pour les territoires sans identité et sans pouvoir réel.


Ce départ est ainsi une nouvelle occasion de s'indigner du peu de cas fait des différents territoires français. L'ouest de la France mérite une réorganisation vers deux régions identifiées et pertinentes (Bretagne, Val-de-Loire).

La République française gagnerait en effet à se fédéraliser pour s'appuyer sur diversié et la richesse de ses régions comme le font les autres états européens.

La fédération UDB de Loire-Atlantique espère que Christelle Morançais, élue de la Sarthe, engage durant sa mandature une vraie réflexion sur la pertinence du maintien au forceps de cette région technocratique qui nuit en particulier aux intérêts économiques de la Loire-Atlantique.

Michel BEAUPRÉ, responsable fédéral de l'UDB Loire-Atlantique

Le groupe UDB de la Ville de Nantes appelle à trouver une solution rapide dans la crise que traversent les écoles Diwan

AddThis Social Bookmark Button




Quatre jours après la rentrée des classes, la non-réponse de Mme Klein, la Préfète de Loire-Atlantique, aux demandes des écoles Diwan est inquiétante pour les familles et enfants scolarisés dans ces écoles immersives en breton.


A ce jour sur les douze employés non-enseignants, neuf contrats aidés ne seraient pas renouvelés à terme et cinq employés manquent pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité des écoles.


Cette absence de réponse de l’État relève-t-elle d'une stratégie d'enlisement ? 


Alors même que Johanna Rolland, Maire de Nantes, est intervenue auprès du Ministre de l’Éducation en rappelant que « le projet éducatif de transmission de la langue bretonne porté par Diwan ainsi que leur participation à des dynamiques collectives dans les quartiers constituent un véritable atout pour notre territoire »?


Pour les élus UDB de la Ville de Nantes, il est urgent de trouver une solution rapide pour le renouvellement des contrats assurant l'encadrement des enfants des écoles Diwan.


Groupe UDB à la Ville de Nantes
Pierre-Emmanuel Marais

L'UDB Loire-Atlantique appelle à se rassembler pour les contrats aidés.

AddThis Social Bookmark Button


La fédération UDB de Loire-Atlantique appelle à participer à la mobilisation des écoles Diwan de l'agglomération nantaise pour défendre ces écoles gratuites, laïques et immersives français-breton, le samedi 2 septembre à 10h30 devant la préfecture à Nantes. Les écoles Diwan remplissent des missions de service public et sont présentes dans les dynamiques des quartiers nantais. 
 
La décision gouvernementale pose à nouveau la question de la pérennité de ces écoles, des employés non enseignants qui pour ceux qui bénéficiaient de contrats aidés voient l'opportunité d'un parcours d'insertion professionnelle s'éloigner. 
 
L'UDB est solidaire de l'engagement des militants des écoles Diwan et des autres associations ou collectivités impactées par ces mesures anti-sociales.
 
Michel BEAUPRÉ
Responsable fédéral de l'UDB Loire-Atlantique

Réaction à la nationalisation temporaire de STX

AddThis Social Bookmark Button

 

Le ministre de l’économie, Bruno le Maire, a annoncé que l’État français allait exercer son droit de préemption en vue d’une nationalisation temporaire de STX. Le gouvernement d'Emmanuel Macron souhaite ainsi conserver un contrôle sur l’activité des chantiers navals de Saint-Nazaire.

Alors que le Président Macron se présente comme un chantre du social-libéralisme, une de ses premières décisions relève du protectionnisme et du nationalisme français, sans qu'une stratégie industrielle au niveau régional et européenne ne soit définie.

La synergie à recréer entre les ports bretons de Saint-Nazaire, Lorient et Brest est une fois de plus absente de la reflexion du gouvernement français.

Aussi, la fédération UDB de Loire-Atlantique se réjouit qu'une solution à court terme soit trouvée pour sauvegarder l'emploi nazairien mais s'inquiète d'une mesure qui ne repose pas sur une stratégie de long terme pour les ports bretons.

L'UDB Loire-Atlantique adresse ses félicitations à François de Rugy

AddThis Social Bookmark Button

 

La Fédération UDB de Loire-Atlantique adresse ses félicitations à François de Rugy pour son élection comme Président de l'Assemblée.

Avec le député Paul Molac et les trois députés corses de la fédération Régions-et-peuples solidaires dont l'UDB est membre, nous espérons que la question des territoires sera débattue dans le sens d'une reconnaissance de leurs spécificités, loin des doctrines centralisatrices à l'œuvre depuis des décennies.

Nous savons que François de Rugy, dorénavant quatrième personnage de l'Etat, a toujours été offensif sur la recherche de solutions pour ces combats que nous menons en commun. La défense des langues et cultures régionales, la réunification de la Bretagne, la mise en œuvre d'une vraie réforme territoriale, restent à obtenir pour que les inégalités territoriales ne s'accroissent pas en France

Michel Beaupré, responsable fédéral.

 

La réunification de la Bretagne c'est maintenant !

AddThis Social Bookmark Button

 

 

La pétition lancée par Bretagne réunie a atteint les 38 000 signataires. Le nombre de signataires est déjà exceptionnel, porté par l'engagement de militants et citoyens déterminés. L’objectif de 100 000 signatures pour que M. Philippe Grosvalet, président du Conseil départemental, exerce le droit d'option du département de Loire-Atlantique, c’est-à-dire enclenche le processus démocratique de réunification de la Bretagne, est à portée de main.

La fédération de Loire-Atlantique de l’UDB souhaite que le Président du Département prenne en compte la mobilisation citoyenne des habitants de Loire-Atlantique et organise un débat sur le droit d’option le plus rapidement possible, écoutant en cela la parole des citoyens relayée par l’association Bretagne réunie.

Certains élus départementaux s'étaient engagés, lors des dernières départementales, à organiser un débat sur le droit d’option. C'est le cas de Marcel Verger et de Claire Tramier dans leur profession de foi du 2ème tour suite au soutien d'Hervé Carro et Agnès Prunier de l'UDB.

Le renouveau de notre démocratie est au prix du respect de la parole donnée et s'inscrit sur le sujet dans la ligne de M. Ferrand, nouveau ministre qui a indiqué que seraient "facilités les rassemblements institutionnels sur la base du volontariat", précisant que la volonté du gouvernement était de "laisser émerger les propositions du terrain".

Michel BEAUPRÉ, responsable fédéral de l'UDB Loire-Atlantique

Nantes. Inauguration de la plaque "straed ar c'hastell"

AddThis Social Bookmark Button



Je tiens à remercier toutes les personnes présentes, les représentants associatifs, Michel Beaupré, responsable fédéral de l’UDB, Aurelien Boulé, collaborateur du groupe UDB, Visant Roué de l’office public de la langue bretonne, les élus, Sonia Meziane, Catherine Choquet, Gildas Salaun..., Johanna Rolland (qui ne pouvait être avec nous) et Olivier Château adjoint au patrimoine qui a évoqué brillamment la place de nos langues comme patrimoine immatériel au sens de la convention de Faro.

 

En travaillant sur le plan de développement de la signalisation bilingue sur l'espace public nantais, je pensais : Qu'est ce que nous disent ces plaques de rue ?

 

Elles nous disent d'abord l'histoire de notre ville où le breton a toujours été parlé - de façon le plus souvent minoritaire, voire caché - mais toujours vivant. C'est le cas aujourd'hui avec le dynamisme des écoles bilingues, l’action des nombreuses associations culturelles fédérées par l'agence culturelle bretonne, le Centre culturel Yezhoù-ha-Sevenadur, Kentelioù an noz hag all…

 

Ces plaques de rue nous inscrivent aussi dans la norme européenne à l'exemple de Cardiff qui montre le visage apaisé d'une cité promouvant le bilinguisme gallois-anglais.

 

Elles nous disent aussi la singularité de notre Ville, capitale de la Bretagne, nous parle d'une part essentielle de son identité. La langue bretonne offre à Nantes une chance de se démarquer, de renforcer son attractivité et le caractère pittoresque et authentique de la ville, constituant un intérêt touristique supplémentaire pour Nantes.

 

Elles nous parlent de la richesse des langues et l'importance de la diversité linguistique et culturelle. Mais pour qu'une langue vive, il faut qu'on l'entende et qu'elle se voie dans l'espace public.

 

Pour finir, qu'est-ce qu'elle me disent ces plaques bilingues ?

 

Une avancée politique bien sûr, pour mes camarades de l'UDB, pour tous les militants de la langue bretonne.

 

Une émotion personnelle enfin. Je pense à mes années d'apprentissage du breton ici à Nantes, à mes enfants scolarisés dans les écoles, collèges et lycée Diwan. Je pense enfin à ce guide touristique bilingue français-breton sur Nantes auquel j’avais collaboré et qui préfigurait déjà une géographie originale de Nantes en cherchant à révéler son âme bretonne, âme damnée pour certains, symbolisée par cette phrase étrange inscrite au sommet de la tour Dobrée : "an dianav a rog ac'hanon/ L’inconnu me dévore".

 

A cette époque, je n'imaginais pas un jour comme celui-ci, une journée si importante pour Nantes et pour la Bretagne.

 

Trugarez deoc'h !

 

Dioueliadur plakenn straed ar c'hastell

AddThis Social Bookmark Button



Da gentañ em eus c'hoant da drugarekaat an holl dud amañ, izili kevredigezhioù bed sevenadurel Bro-Naoned, Michel Beaupré, hag a zo e penn an UDB e Liger-Atlantel, hor c’henlabourer, Aurelien Boulé, Visant Roue deus ofis publik ar brezhoneg, dilennidi, Sonia Meziane, Catherine Choquet, Gildas Salaun..., Johanna Rolland (ha ne c’helle ket bezañ ganeomp) hag Olivier Château, eil-maer e-karg deus ar glad en deus komzet en un doare sklaer deus hor yezh evel ur glad dizanvezel e-ster kendivizad Faro.

 

En ul labourat war steuñv Diorren ar pannellerezh divyezhek e lec'hioù foran Naoned, em boa soñjet : Petra 'lâr ar plakennoù-straed-se deomp ?


Kontet 'vez deomp da gentañ istor ur gêr gant brezhonegerien enni – a-vizkoazh – un en doare kuzhet a-wechoù, bihanniverel met bev. Gwir eo hiziv-an-deiz, dre lusk skolioù divyezhek, dre lusk kevredigezhioù sevenadurel bodet gant an ajañs sevenadurel Breizh, dre lusk nevez kreizenn Yezhoù-ha-Sevenadur hag all...


Gant ar plakennoù-straed-se e vez diskouezhet emañ Naoned e-touez kerioù all Europa. An divyezhegezh zo ur reoladenn en Europa. Da skouer, Kerdiz a ziskouezh deomp dremm habask ur gêr a gas war-raok an divyezhegezh kembraeg-saozneg,

 

Diskouezh a reont deomp unvezhiadegezh kêr Naoned, kerbenn Breizh. Ar brezhoneg, hag a zo ul lodenn bennañ deus hec'h identelezh, a ro deomp an digarez da vezañ disheñvel, da greñvaat dedenn Naoned en ul lakaat war wel neuz kaer-kurius ha gwirion Naoned, da greñvaat he ziduadenn touristel.

 

Diskouezh a reont ivez, pinvidigezh ar yezhoù ha pegen pouezus eo liesseurted yezhel ha sevenadurel. Blam’, evit ma vefe bev ur yezh, dav eo deomp he c'hlevet, he kwelet el lec'hioù foran.

 

A-benn ar fin, petra 'dalv ar plakennoù-se evidon-me ? Un trec'h politikel eveljust, evidon hag evit ma c'hamaladed deus an UDB, evit ar re a stourm evit ar brezhoneg. Ur from personnel koulskoude. Soñjal a ran em bloavezhioù o teskiñ ar brezhoneg amañ ba Naoned, oc'h heuliañ ma bugale skoliataet gant Diwan. Soñjal a ran ivez el levr-henchañ em boa savet, divyezhek anezhañ hag a rakskeudenne ur jeografiezh divoutin deus Naoned en ur glask difraostañ ene breizhat ar gêr, un ene daonet evit lod, gant un arouez, an iskis a frazenn kizellet war tour Dobrée : an dianav a rog ac'hanon. D'ar mare-se n'em boa ket ijinet e vefe un deiz evel-se, un deiz ken pouezus evit Naoned hag evit Breizh !

Liger-Atlantel

09.80.99.93.06

07 87 36 41 66

Facebook Youtube Twitter Google Plus Flick’R

Hor c’houlzadoù
Gant UDB

• L'Unvaniezh Demokratel Breizh • L'UDB Yaouank • Régions et Peuples Solidaires • Emglev Libr Europa • Ar c'hannad Paul Molac • Dilennidi-rannvro UDB •  Dilennidi-gêr UDB •



Blog an dilennadeg Europa 2014

Gerioù-alc’hwez