Ville de Rennes. Explication de vote relatif au vœu présenté par le Parti de Gauche pour le maintien du service public postal de proximité

AddThis Social Bookmark Button


Le service public postal de proximité est soumis depuis quelques années au risque majeur de voir son évolution dictée par des impératifs de rentabilité.

Le service public postal a toujours été un vecteur de solidarité, un rempart contre une certaine exclusion sociale, un vecteur de lien social et le contrepoids d'une réelle fracture numérique (essentiellement en milieu rural).

L'Union Démocratique Bretonne s'est déjà prononcée en faveur du maintien d'un service public postal de proximité. La suppression des 7 bureaux de postes n'est pas en accord avec notre conception du service public.

C'est pourquoi l'Union Démocratique Bretonne apporte tout son soutien à la proposition de vœu présentée par nos collègues.

 

 

Ana SOHIER,

Présidente du Groupe Union Démocratique Bretonne

Ville de Rennes. Intervention d'Ana Sohier sur le patrimoine

AddThis Social Bookmark Button

 

La vision du patrimoine, comme nous avons pu vous le faire savoir lors de nos précédentes interventions sur le Plan local d'urbanisme ; va tout à fait dans le sens des préoccupations de nos Amis du Patrimoine. Nous l'avons fait savoir lors de nos précédentes intervention à l'occasion du conseil local du patrimoine ou celle plus récente sur le PLU.

Ce que nous partageons avec cette association est lié au souci que nous avons de faire valoir la richesse de notre ville. Cette richesse patrimoniale qui est porteuse des sédimentations de l'histoire et du lien social passé, sera le socle du Rennes de demain.

Il s'agit d'investir un lien social renforcé par un sentiment d'appartenance à une cité millénaire, un lien social porté par l'ouverture à l'autre via la fierté des richesses patrimoniales de notre ville.

En effet, nous ne prenons conscience de la richesse de notre patrimoine que lorsqu'il est détruit ou endommagé.

Je salue l'investissement des associations des Amis du patrimoine qui montre une fois de plus, par leur engagement, la nécessité de faire en sorte que notre patrimoine soit connu et reconnu. Le patrimoine c'est l'histoire de la vie des gens, de nos ancêtres ou d'inconnus, qui s'est déposé là comme une trace autour de laquelle nous construisons notre avenir.

En ce sens nous devons œuvrer à faire en sorte encore, et toujours, de participer à cette valeur pédagogique que constitue le patrimoine, pour nos enfants et ceux des autres.

La destruction du patrimoine par méconnaissance pour des raisons économiques au détriment de sa rénovation va de pair avec la vision globale que notre monde nous laisse voir. Une vision courtermiste, sans histoire, hors sol. Une destruction des cultures pour raisons budgétaires.

Dans un contexte où les formes du bâti tendent à se standardiser, ou le paysage ne semble plus avoir d’importance, choisir de faire vivre et de transmettre des éléments bâtis anciens, une norme une référence. Si la collectivité doit s'engager à permettre une meilleure pris en compte du patrimoine bâti dans ses documents d'urbanisme, elle s'y est d'ailleurs engagé, le travail est également à mener auprès de tous.

 

Ville de Rennes. Intervention d'Ana Sohier sur la dématérialisation des professions de foi

AddThis Social Bookmark Button


Chers collègues, je souhaitais intervenir sur une disposition du projet de loi de finances 2017 qui prévoit la suppression des envois papier des professions de foi pour les futures élections. Ce projet prévoit que les professions de foi seraient dorénavant visibles uniquement sur un site internet dédié ; une consultation physique serait maintenue mais uniquement en mairie ou en préfecture.

La propagande électorale en format papier représente 203 millions d'euros de dépenses publiques pour 5 000 tonnes de papier. L’argument avancé par l’état pour cette suppression est, bien évidemment, le coût de l’envoi papier qui permettrait, en cas de mise en œuvre de la dématérialisation, une économie d’environ 156 millions d'euros et une réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Ce projet qui prétend avoir pour but de soi-disantes économies financières et écologiques présente en réalité des conséquences désastreuses pour la démocratie pour une économie réelle toute relative.

L’envoi de 10 circulaires dans une même enveloppe de 200 grammes coûte 13 600 € pour une circonscription moyenne de 85 000 inscrits. Or, l'envoi de 10 circulaires de 20 gr séparément couterait 53 800 €. Où sera donc l’économie réelle pour l’état lorsqu’il devra rembourser les grands partis qui continueront probablement l’envoi au domicile des électeurs (disons entre 16 000 et 28 000 €). Quel impact également sur la démocratie et la possibilité laissée aux petits partis, tel celui auquel j’appartiens, de s’exprimer.

L’année dernière déjà, le débat sur cette disposition, car elle n’est pas nouvelle, avait permis de présenter des propositions de mise en œuvre intéressantes. Le député EELV Sergio Coronado suggérait par exemple d'appliquer cette mesure à partir d'un mécanisme de volontariat ; les électeurs volontaires pouvaient alors opter pour ne plus recevoir la propagande imprimée au domicile. La démarche diffère de celle proposée par notre gouvernement, toujours aussi démocrate ! puisque chaque citoyen serait libre de choisir quel système d'information lui convient. La dématérialisation de la propagande se ferait de manière progressive, permettant d'éviter les conséquences de la fracture numérique tout en responsabilisant le citoyen dans sa décision électorale. Le gouvernement n'a malheureusement pas tenu compte de cette proposition plus démocratique.

Le projet de loi passe également sous silence les expérimentations qui ont été menées dans 5 départements dont l'Ille-et-Vilaine et la Loire-Atlantique et qui montrent que seulement 1,92% des électeurs inscrits sont allés consulter les sites internet publiant la propagande. Une expérimentation qui prouve que ce mécanisme n'est pas encore opérationnel pour un déploiement à grande échelle. Pire, il est dangereux, puisque la majorité des citoyens ne seraient pas informés des candidatures.

Cette mesure derrière ce qu'elle prétend être représente un recul écologique. Plus d'envois papiers pour un coût plus élevé. C'est également un coup porté à la démocratie comme la réforme du temps de parole des candidats qui est désormais basée sur les sondages d'opinion.

Au lieu de garantir le pluralisme on s'y attaque et ce en période de crise démocratique. En tant que démocrates nous nous devions de le dénoncer.

Manifestation pour la réunification : appel commun des élus UDB et EELV à la ville de Nantes

AddThis Social Bookmark Button

 

22/09/2016

Après la calamiteuse séquence de la réforme territoriale, la question des découpages territoriaux reste entière dans l'Ouest de la France. Il est clair que les trois régions administratives -Bretagne, Pays-de-la-Loire et Centre-Val-de-Loire - ne pourront être maintenues dans un statu-quo institutionnel qui nuira à terme au développement de ces territoires. 

 

La ville de Nantes va aussi être impactée négativement par le déséquilibre à venir avec des méga-régions comme l'Aquitaine et ses quatorze départements. Ces Euros-régions seront plus à même de développer des filières emploi/formation:recherche et de peser réellement au niveau européen. 

 

La question d'un rédécoupage des territoires de l'Ouest de la France se pose toujours et avec elle, celle de la réunification de la Bretagne. Mais pour avancer, dans le respect des identités culturelles, il nous faut mener une reflexion et construire une méthode pour donner un avenir à nos territoires.

 

Les élus EELV et UDB de la Ville de Nantes appellent donc les nantais à se mobiliser pour exprimer leur souhait que la question de la réunification de la Bretagne soit débattue démocratiquement, tout en ayant conscience qu'il faut tendre à un consensus sur un rédécoupage pertinent de l'Ouest de la France. Enfin, les élus EELV et UDB de la Ville de Nantes prendront rapidement une initiative pour relancer le débat au niveau des trois régions concernées.

 

Les élus UDB et EELV à la ville de Nantes

La rentrée scolaire et le développement de l'enseignement bilingue français-breton dans l'agglomération nantaise

AddThis Social Bookmark Button

 

31/08/2016

La rentrée scolaire à Nantes c'est l'accueil de 500 élèves supplémentaires, l'équipement progressif des écoles en vidéo-projecteurs interactifs, les travaux pour un accueil de qualité des élèves, un débat à venir sur l'après-école mais aussi une dynamique qui se ré-enclenche pour l'enseignement bilingue français-breton. L'ouverture d'une classe Grande section-CP aux Batignolles et d'une classe multi-niveau élémentaire à Diwan Nantes-sud sont les signes que le bilinguisme et la langue bretonne sont attractifs pour les familles nantaises. Sur l'agglomération, les bonnes nouvelles viennent aussi de Saint-Herblain avec l'ouverture d'une école Diwan au Sillon de Bretagne et l'installation d'une filière bilingue à l'école publique des Grands-bois. Les élus UDB de la Ville de Nantes constatent avec satisfaction que la diversité linguistique et culturelle est en action sur Nantes et sa Métropole.
 
Pierre-Emmanuel Marais
(pour le groupe UDB à la Ville de Nantes)

L’arbre aux Hérons : un projet bénéfique pour la singularité de Nantes

AddThis Social Bookmark Button

 

 


Le groupe UDB à la Ville de Nantes se réjouit de l’annonce faite par Madame Johanna Rolland d’installer le futur Arbre aux hérons dans la carrière Miséry.



Ce projet unique confirme que Nantes est une ville qui continue à porter des projets d’envergure, innovants et singuliers, à même de renforcer son image de ville attractive et originale. Ce choix inscrit la cité des Ducs de Bretagne dans un schéma d’aménagement urbain décentralisé au bénéfice de tous les territoires, ne concentrant pas tous les éléments phares sur l’île de Nantes ou dans le centre-ville. L’installation de l’Arbre aux Hérons dans la carrière Miséry va permettre de projeter le Bas-Chantenay dans une nouvelle phase, déjà ouverte par le projet de réaménagement mené par Bernard Reichen. Cet équipement de premier ordre devra ainsi permettre de valoriser le caractère industriel et maritime de Chantenay dans une logique d'ouverture sur la Loire.



Le groupe UDB de la Ville de Nantes portera enfin la demande d'une signalisation trilingue sur le site, français-anglais-breton. Il s'agira en effet de mettre en avant l'enracinement de l'Arbre aux Hérons dans cette ancienne carrière granitique du Bas-Chantenay, dernier soubresaut du sillon de Bretagne. Il s'agira aussi d'enraciner cet arbre dans un quartier en pleine mutation, quartier qui a accueilli une immigration intérieure importante venue du Morbihan et du Finistère, quartier des bas-bretons, souvent brittophones, dont l'histoire ouvrière marque les rues et ruelles de la butte Sainte-Anne jusqu'à Bellevue.



Pierre-Emmanuel Marais
Conseiller municipal UDB
Élu du quartier de Chantenay



Ligne ferroviaire Landerneau-Quimper : les enjeux sont largement sous-évalués

AddThis Social Bookmark Button

 

01/07/2016

 

A lire les déclarations de la droite au conseil départemental du Finistère, hostile à une remise en état de la ligne ferroviaire Landerneau-Quimper au prétexte de l’existence d’une offre de bus, on réalise que les enjeux de ce chantier sont largement sous-évalués.

 

En effet, s’il s’agit certes de permettre aux Finistériens habitant le long de l’axe Quimper-Landerneau-Brest de se déplacer autrement qu’en voiture ou en bus, il y a bien d’autres enjeux à prendre en compte, lourds de conséquence pour le Finistère et la cohésion de la Bretagne :

 

  • doter la Bretagne d’une boucle ferroviaire complète, une boucle qui sortirait Brest comme Quimper de leur situation de terminus, de culs-de-sac ferroviaires,

 

  • permettre aux Finistériens de se déplacer vers la Bretagne nord comme vers la Bretagne sud autrement que par la route, un « luxe » qui est le quotidien des Rennais et des Nantais,

 

  • anticiper la saturation du réseau routier finistérien et ses conséquences. Car sans une offre ferroviaire dynamique sur la ligne Quimper-Landerneau, quelle réponse les collectivités du Finistère pourraient-elles apporter à la congestion prévisible de la RN 165 ? Doubler les voies routières? Construire de nouveaux ouvrages d'art ? Pour quel coût et à quel prix pour l'environnement et la qualité de vie ?

 

  • garantir aux Finistériens la continuité du service ferroviaire en cas d'accident majeur sur un des deux axes Brest-Rennes et Quimper-Rennes/Nantes. L'effondrement d'une falaise au-dessus de la gare de Morlaix, en janvier 2013, a prouvé que ce n’était pas une vue de l’esprit. Et le risque vaut pour les voyageurs comme pour le fret.

 

  • enfin, parce qu'il faut aussi penser à des échéances plus lointaines, si l'on veut que l'aéroport de Brest-Guipavas soit conforté dans sa position de premier aéroport de la Bretagne administrative, alors il faudra penser à des connexions entre l'aéroport et le réseau ferroviaire. Si ce n'est pas demain, ce sera après-demain. Des liaisons ferroviaires de qualité entre Brest/Landerneau et Quimper, et via Quimper avec toute la Bretagne sud, serait un atout indéniable pour disposer en Bretagne occidentale d'un aéroport qui puisse offrir des liaisons directes régulières avec l’Europe.

 

 

 

La Bretagne: une marque touristique internationalement reconnue

AddThis Social Bookmark Button

 

28/06/2016

 

Intervention de Pierre-Emmanuel Marais
Conseil Métropolitain

 

Madame la présidente, cher-e-s collègues,

 

Je profite de cette délibération pour souligner l’action positive du Voyage à Nantes qui mène sur le territoire métropolitain une politique touristique ambitieuse, basée sur la culture et la créativité.

 

Le Voyage à Nantes s'appuie bien sûr sur les richesses culturelles et patrimoniales de notre métropole. Elles sont nombreuses : le château des Ducs de Bretagne en premier lieu, la Cathédrale et le tombeau du duc François II, les Machines de l'île, les quais de Trentemoult... on ne peut évidemment être exhaustif.

 

Il inscrit ses parcours dans tous les lieux qui font l'attractivité de notre métropole et même au-delà. Les œuvres d'Estuaire en sont une belle illustration qui nous emmènent le long des cette Loire maritime trop souvent méconnue.

 

Depuis 2015, Le Voyage à Nantes propose aussi un « Voyage dans le vignoble », faisant notamment étape à Pont Caffino, à Château-Thébaud, et au moulin à Papier du Liveau à Gorges.

 

Avec cette ouverture du capital de la SPL, il s'agit de conforter cette proposition touristique, en inscrivant ce partenariat dans une stratégie gagnant-gagnant, car la délibération qui nous est proposée est bien l'illustration d'une alliance des territoires qui bénéficiera au Vignoble nantais comme à la cité des Ducs de Bretagne.

 

Cette entrée au capital du Voyage à Nantes de deux communautés de communes permettra de mieux valoriser nos atouts respectifs pour satisfaire un plus grand nombre de touristes et d'acteurs du secteur, et ainsi contribuer au développement économique de nos territoires.

 

C'est aussi la marque d'une ambition qui s'affranchit des limites administratives. J'en profite d'ailleurs pour encourager le nouveau  parcours à l'étude au Voyage à Nantes, parcours qui ira de Nantes au Mont-Saint-Michel en passant par Rennes. Ce parcours préfigure un futur partenariat avec la Région Bretagne qui propose déjà une de ses douze destinations aux portes de notre métropole et fait ainsi bénéficier les Pays de Retz et de Guérande, de la marque Bretagne, marque touristique internationalement reconnue.

 

Madame la présidente, cher-e-s collègues, pour ces raisons, le groupe socialiste, radical, républicain et démocrate, votera cette délibération.
Je vous remercie.

 

Pierre-Emmanuel Marais
Conseiller municipal et métropolitain

 

 

 

07 87 36 41 66

Facebook Youtube Twitter Google Plus Flick’R

Tweetoù an dilennidi

yannsyz

Quand on a 1 problème de valeurs et 1 problème de programme, On vote sans hésiter au nom des valeurs.

yannsyz

La 1ère règle du fight club est qu' on ne parle pas du fight club. Image de @MarionLHour pr évoquer jour particulier pour journalistes

Hor c’houlzadoù
Gant UDB

• L'Unvaniezh Demokratel Breizh • L'UDB Yaouank • Régions et Peuples Solidaires • Emglev Libr Europa • Ar c'hannad Paul Molac • Dilennidi-rannvro UDB •  Dilennidi-gêr UDB •



Blog an dilennadeg Europa 2014

Gerioù-alc’hwez