Ville de Rennes. Intervention d'Ana Sohier sur la crise des hôpitaux

AddThis Social Bookmark Button

 

 

Le personnel hospitalier s'est mis en grève dans plusieurs villes de France le mardi 8 novembre pour dénoncer le plan de rentabilité dévoilé par le gouvernement. Les nouvelles mesures consistent à supprimer 22 000 postes et 16 000 lits. Ces nouvelles mesures de réductions budgétaires s'inscrivent dans un politique économique de rentabilité du secteur hospitalier déjà en place depuis une dizaine d'année.

 

L'Union démocratique Bretonne dénonce la gestion libérale du soin qui conduit à des conditions de travail incompatibles avec une prise en charge convenable des patients. Cette manière de gérer l'hôpital provoque des cadences infernales pour le personnel hospitalier et un manque de reconnaissance de leur travail.

 

La suppression de plusieurs milliers de personnels soignants et le non renouvellement des départs à la retraite ne va pas améliorer ces conditions. La réduction des effectifs implique la fatigue jusqu'à l'épuisement du personnel hospitalier. Certains sont appelés alors qu'ils sont en congés, d'autres cumulent les gardes.

 

Ce système induit la maltraitance des patients. En effet les délais d'attente pour une prise en charge sont rallongés à plusieurs heures dans les services d'urgence. Pour les entretiens avec des spécialistes ces délais dépassent parfois plusieurs mois. D'un autre côté nous avons des cliniques privées qui suggèrent aux patients la possibilité de meilleures prises en charges pour des actes qui rapportent financièrement. La crise du service public bénéficie au service privé, l'ensemble tendant vers une logique du profit au détriment d'une égalité de traitement.

 

Nous comprenons les revendications du personnel de santé qui tente par tous les moyens d'assurer la qualité du service malgré ses difficultés.

 

Tout ceci est renforcé par l'injonction de la tarification à l'acte qui oblige le personnel à passer plus de temps devant l'ordinateur qu'avec le patient. Cette politique budgétaire renforce le clivage territorial, nous constatons en effet de plus en plus de déserts médicaux en milieu rural. Et les menaces de fermetures des hôpitaux et services de soins de proximité continuent dangereusement.

 

A l'heure où tous les services publics sont menacés l'Union démocratique Bretonne, fidèle à sa ligne politique, rappelle son engagement pour que chacun contribue selon ses moyens et bénéficie selon ses besoins. La logique marchande ne peut pas passer avant la santé des citoyens !

 

Nous espérons qu'une majorité d'entre nous partage ces valeurs et suggérons à Mme la Maire de faire valoir cet engagement auprès du Centre Hospitalier Universitaire de Rennes.

 

Ana Sohier

 

07 87 36 41 66

Facebook Youtube Twitter Google Plus Flick’R

Tweetoù an dilennidi

yannsyz

@mael_reboux_bzh pas tout à fait même sujet, là il y à 3 mois pour s' adapter (quand c' est possip').

Hor c’houlzadoù
Gant UDB

• L'Unvaniezh Demokratel Breizh • L'UDB Yaouank • Régions et Peuples Solidaires • Emglev Libr Europa • Ar c'hannad Paul Molac • Dilennidi-rannvro UDB •  Dilennidi-gêr UDB •



Blog an dilennadeg Europa 2014

Gerioù-alc’hwez