Fédération UDB Loire-Atlantique / Kevredad UDB Liger-Atlantel

Fédération UDB Loire-Atlantique

Nous contacter • http://loire-atlantique.udb-bzh.net

Kevredad UDB Liger-Atlantel

Mont e darempred ganeomp • http://liger-atlantel.udb-bzh.net

Facebook : facebook.com/udbloireatlantique

Twitter : twitter.com/UDB44

Pierre-Emmanuel Marais : "porter le projet d'une Assemblée de Bretagne"

AddThis Social Bookmark Button


Assemblée de Bretagne, corsetage d'un État français ultra-centralisé, champs d'expérimentation pour les territoires, autonomie, victoire de nos amis corses: thèmes abordés ce matin en conseil municipal de la Ville de Nantes par le groupe UDB, à travers la voix de Pierre-Emmanuel Marais. 


INTERVENTION EN CONSEIL MUNICIPAL 15/12/2017
-VILLE DE NANTES-

DÉBAT D'ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2018

Madame le maire, cher-e-s collègues,

Les orientations budgétaires pour 2018 portées par notre majorité garantissent la poursuite d’investissements importants, tout en maintenant un service public de qualité.
Parmi les nombreux engagements réalisés ou en cours de réalisation, la question de la valorisation de notre territoire est, pour l’Union Démocratique Bretonne, un enjeu particulièrement important. A ce titre, nous travaillons, au sein de notre majorité, à concilier avec pragmatisme le développement de politiques de proximité et le rayonnement de notre Ville en France et à l’étranger.

Cette année encore, les politiques gouvernementales font peser de lourdes incertitudes sur nos ressources financières. Par la suppression progressive de la taxe d’habitation, ces politiques limitent encore plus la liberté d’administration de nos collectivités. Le projet porté par l’UDB d’autonomie politique et fiscale n’en est aujourd’hui que plus prégnant.

La France n’a que trop subi le corsetage d’un État ultra-centralisé, qui est une exception en Europe, et qui au nom d’une égalité de façade ne fait que renforcer les inégalités territoriales.

Il est temps de confier à nos territoires de nouveaux champs d’expérimentation qui correspondent à leurs spécificités. Comme vous l’avez souligné, madame le Maire, lors du colloque ‘Vers une nouvelle alliance des territoires’, « la décentralisation, c’est faire confiance aux territoires et […] leur donner la liberté de déployer une stratégie autonome […] au service de leur singularité et des habitants ».

Nous nous inscrivons, à l’UDB, dans cette approche. Mais au-delà, nous portons le projet de simplifier l’organisation territoriale, par la création d’une Assemblée de Bretagne, fusionnant les cinq départements bretons et la Région administrative, en collaboration avec les principales métropoles. Cette réforme devra garantir plus de proximité, de sobriété et d’efficacité pour nos politiques publiques.
L’exemple corse - avec la mise en place d’une assemblée territoriale unique va dans ce sens de davantage de subsidiarité. J’en profite pour féliciter mes amis de Pè e Corsica pour leur formidable résultat électoral et pour le souffle qu’ils apportent à notre république.

Ce qui est possible dans une autre région française doit être possible chez nous. Aujourd’hui, la croissance démographique de Nantes et de son agglomération bouscule nos politiques publiques en matière d’éducation, de mobilité ou d’équipements. Il revient à notre majorité de porter la demande d’un modèle territorial qui passe par le déploiement de nouveaux moyens financiers à la hauteur des enjeux liés au développement de notre ville.

Je vous remercie.

Pierre Emmanuel Marais (conseiller municipal délégué à la diversité linguistique, pédagogique et culturelle et aux activités périscolaires)

Intervention de PE.Marais sur l'avenir de la filière bilingue à Nantes

AddThis Social Bookmark Button

 

30/06/2017

 

INTERVENTION EN CONSEIL MUNICIPAL 30/06/2017

-VILLE DE NANTES-

Enseignement bilingue Français-Breton (délibérations 6 & 7)

 

Madame le maire, cher-e-s collègues,

 

Je tiens tout d’abord à partager avec notre majorité, la satisfaction d'une poursuite de l’investissement de notre Ville dans les politiques éducatives dynamiques. Cette délibération et la suivante nous proposent en effet de voter pour la construction de deux nouveaux groupes scolaires. Ces deux nouvelles écoles sont nécessaires et traduisent l'attractivité de notre ville que la réouverture du musée des arts saura amplifier.

Je forme à l'occasion du vote de cette délibération, le vœu que pour l’un de ces deux groupes scolaires, nous puissions travailler avec l’Éducation nationale à proposer une nouvelle filière bilingue français-breton après celle des Marsauderies, des Batignolles et après l’ouverture souhaitée en 2018 d’un troisième site bilingue public sur Nantes nord. Cela pourrait marquer encore davantage l’engagement de notre majorité dans une politique de valorisation de la diversité linguistique, à l’égal de beaucoup de villes européennes comme Cardiff ou Bruxelles.

Je voudrais terminer cette intervention par une alerte sur la baisse des financements publics pour les deux écoles Diwan de Nantes. Ces écoles sont bilingues, associatives, laïques et gratuites mais la baisse des financements publics met en danger leur fonctionnement. Elle compromet le principe de gratuité qui est garant de la mixité sociale existant dans ces deux écoles installées, l’une aux Châtaigniers, près des Dervallières et l’autre au cœur du Clos-Torreau.

Nous avons depuis le début de ce mandat soutenu ces écoles qui concourent à la diversité de l’offre pédagogique offerte aux nantaises et nantais. Il me semble important qu’aujourd’hui , à l’instar du volontarisme dont nous faisons preuve par la construction de deux groupes scolaires, des solutions puissent être trouvées pour aider au développement des écoles Diwan dans la capitale historique de la Bretagne.

 

Pierre Emmanuel Marais

(conseiller municipal délégué à la diversité linguistique, pédagogique et culturelle et aux activités périscolaires)


Yann Quéméner : "l'autonomie est un chemin pour améliorer l’action publique"

AddThis Social Bookmark Button

 

 

Monsieur le maire, cher-e-s collègues, Mesdames messieurs

 

Nous l’avons dit l’année dernière nos collectivités territoriales font face à un contexte financier difficile.

 

Pour maintenir un taux d’épargne correct, et donc un niveau d’investissement conforme à nos engagements, nous avons validé dès 2016 une stratégie financière adaptée qui passe par une rationalisation des dépenses de fonctionnement et une optimisation du recours à l'emprunt. Cette démarche est déjà appliquée avec de bons résultats.

 

C’est pour cela que je voterai le budget 2017 au nom de l’Union Démocratique Bretonne.

 

Cependant, même si le Débat Orientation Budgétaire est l'occasion de rappeler que notre objectif commun est de continuer à investir et à développer des politiques innovantes.

 

En réalité, vous le pressentez toutes et tous, nous sommes sur la fin d’un cycle. Dans l’actualité la fin d’un cycle présidentiel mais plus profondément la fin de la toute puissance d’un État qui a montré son incompétence et son orgueil depuis des décennies. Un État qui à su nous prouver que la concentration de brillants cerveaux donnaient une multitude de décisions imbéciles.

 

Je n’ai pas besoin de vous donner des exemples, vous en avez toutes et tous quelques-uns en tête.

 

Pour nous à l'UDB, ce nouveau cycle doit permettre un débat sur la responsabilité et les pouvoirs qui y sont associés. Nos villes, métropoles et régions doivent avoir plus de pouvoir via l’autonomie et l’État seulement un rôle de contrôle. En effet être juge et partie comme c’est le cas aujourd’hui est une profonde erreur politique qui a doucement amené les citoyens à rejeter ceux qui ont trop de pouvoir entre leurs mains.

 

Cet État organisé du haut vers le bas, du dominant vers le dominé bref de façon pyramidale à vu ses communes, départements et régions globalement bien gérées c’est le cas de Rezé (je rappelle que ces étages de la pyramide n'ont pas le droit de s’endetter de la même façon que l’état). Pendant ce temps, le haut de la pyramide de notre République dépensait sans compter. En effet les brillants cerveaux considèrent l’état français comme quasi éternel. En conséquence, notre pays peut faire rembourser une dette abyssale ; par vous, par vos enfants, par vos petits enfants, par vos arrières, arrières, arrières, arrières, arrières, arrières, petits enfants.

 

Malheureusement, ces brillants cerveaux sont toujours dans les arcanes du pouvoir. Mais aujourd’hui, le bas de la pyramide c'est-à-dire le peuple, celui qui produit les richesses dépensées par l’État souhaite la fin de ce cycle. Dehors Hollande, Valls, Sarkozy, Jupé, Duflot, Fillon …

 

Pour changer de cycle et avoir des finances municipales plus à même d’investir pour l’avenir nous devons changer de système. Notre pays aura beau se débattre ce sera l’échec assurer sans une autre organisation.

 

Bien sur il est difficile de lutter contre de vieux schémas mentaux. Oser faire un pas de côté pour changer de point de vue est une des démarches intellectuelles les plus difficiles à réussir.

 

Et pourtant

 

Cette autonomie fiscale sur laquelle je vous entretien serait faite dans le respect de la solidarité nationale. C’est-à-dire avec un système de péréquation permettant une solidarité entre nos villes, métropole et régions de France.

 

Cette autonomie est un chemin pour améliorer l’action publique auprès des habitants de Rezé.

 

Malgré ces évidences, le jacobinisme et son corollaire la centralisation du pouvoir opposent autonomie et égalité. Mais si l’égalité était une réalité dans notre pays, nous le saurions !

 

Aujourd’hui c’est donc bien le centralisme qui est source d’inégalité.

 

A l’inverse de la plupart des pays européens de même taille, les régions et villes françaises ne disposent pas des moyens politiques, législatifs et financiers pour agir sur leur territoire afin de favoriser l’activité économique, culturelle et le vivre-ensemble.

 

Leur action au plus près des territoires est insuffisantes car les lois s’appliquent nationalement et ignorent les particularités locales.

 

Cette autonomie fiscale et politique n'est pas une utopie… Elle est appliquée dans de nombreux territoires et elle porte ses fruits.

 

De Bruxelles à Bilbao, de Belfast à Berlin, de grandes métropoles européennes dynamiques se sont unes à unes levées pour réclamer -et obtenir- un statut différencié leur permettant de s'émanciper de la tutelle de l’État et avoir les moyens de leurs politiques. L’essentiel des expériences novatrices sont faites dans ce cadre. D’ailleurs en France la Corse, la Nouvelle Calédonie, Paris et Lyon font des démarches dans cette direction.

 

Un exemple français d’autonomie régionale. La sécurité sociale d’Alsace Moselle qui avec un taux de remboursement supérieur à la nôtre réussit à ne pas être en déficit.

Autre exemple, sur le plan économique. La région Pays de Galles à gagné 1% de PIB dans l’année qui a suivie son autonomie politique. 1% de PIB en France c’est 21 milliards d’euros.

 

Je terminerai par une inquiétude.

 

La Ville de Rezé connaît et va connaître une forte progression de sa population.

Il y aura sans doute d'importants investissements à prévoir pour l'accueil de toutes et tous dans de bonnes conditions.

 

Quelles seront nos possibilités d'y répondre quand la plus grande partie des investissements français continuent à être majoritairement fléchés vers la région capitale compter les investissements pour les éventuels Jeux Olympique de 2024 ?

Le Grand Paris c’était déjà 30 milliards d’euros prévus en 2012 payés par tous les Français pour une vision mégalomaniaque de la France. C’est à l’opposé d’une gestion fédérale de notre pays gestion que nous sommes de plus en plus nombreuses et nombreux à souhaiter pour le bien des Français.

 

Je vous remercie de votre écoute,

 

Yann Quéméneur (conseiller municipal)

 

 

 

 

Nantes. Intervention du Groupe UDB sur les solidarités à Nantes

AddThis Social Bookmark Button

 

 

03/02/2017

 

INTERVENTION EN CONSEIL MUNICIPAL 03/02/2017

-VILLE DE NANTES-


Débat thématique : «  Solidarités, une ambition collective pour Nantes »

 


Madame Le Maire, mes chers collègues,


 

Au nom du groupe UDB, je tiens tout d’abord à remercier Patrick Pailloux de l’AURAN pour sa présentation, ainsi que l’association ‘Les eaux vives’ pour son travail remarquable d’insertion sociale qu’elle effectue avec passion dans notre ville, au bénéfice de nos concitoyens les plus démunis.

À l’initiative de cette association, le projet des « 5 Ponts » est un exemple tout à fait novateur et ambitieux, qui illustre parfaitement les nouveaux enjeux liés aux questions de solidarité.

 


A la confluence des problématiques sociales et urbaines, ce projet invente un nouveau modèle, une nouvelle forme dans notre ville. En regroupant plusieurs structures sociales au sein d’un même programme mixte, avec une ferme urbaine de 1.000 m² sur son toit.

A travers ce projet s’incarne parfaitement la spécificité nantaise et le volontarisme politique qui caractérise notre Ville : les politiques de solidarité sont la pierre angulaire du projet global de la cité, en inventant notamment de nouvelles formules, de nouveaux lieux d’échange, de nouvelles opportunités.

 


En effet, cette solidarité qui sur notre territoire s'exprime en particulier envers les plus pauvres ou envers les groupes ou personnes vulnérables, à court et long terme, est plus que jamais nécessaire face au triomphe de l'individualisme, face à la montée des inégalités, de revenus, de patrimoine.

Je tiens aussi à rappeler que nos politiques ne font jamais qu’accompagner des solidarités existantes. En effet elles émanent principalement des habitants, de groupes de personnes. Au cœur de cette dynamique, la co-construction est indéniablement un facteur de réussite.

 


Par ailleurs, ces éléments nous ramènent à une question d’actualité, celle de l’accueil des migrants, notamment des mineurs isolés.

Notre Ville a aidé à résoudre certaines situations, par exemple au sujet du squat de Doulon. Mais il est important de rappeler qu’il reste d’autres squats, et d’autres migrants sont toujours sans hébergement, sans avenir.



Nous devrons faire encore plus dans un contexte international inquiétant. Nos politiques de solidarités doivent répondre à l’enjeu de l’accueil de ces migrants fuyant les guerres ou la misère.

Enfin, cette réflexion nous amène à une autre actualité, une triste actualité également : ce soir une conférence de l’extrême-droite se revendiquant bretonne intitulée : « Immigration, la catastrophe. Et après ?» se tiendra à Nantes.



Nous appelons à manifester contre ces actes et expressions politiques qui sont à l’opposé du projet de l’UDB et de notre majorité municipale. Il est important de la rappeler.

La solidarité ce sont aussi des mots pour dire qu’immigration n’est pas synonyme de catastrophe !

 

L’UDB s’oppose à toutes formes de discriminations telles que le racisme, la xénophobie, l’homophobie et le sexisme. L’UDB défend une société où la diversité est une force et lutte contre toutes les formes de communautarisme et de rejet de l’autre. L’UDB dénonce et s’oppose également aux idées fascistes et anti-démocratiques qui n’ont pas de place dans notre république.

 

Je vous remercie.

 


Pierre Emmanuel Marais (conseiller municipal délégué à la diversité linguistique, pédagogique et culturelle et aux activités périscolaires)


 

Nantes. Intervention de Pierre-Emmanuel Marais sur le budget 2017

AddThis Social Bookmark Button

 

 

03/02/2017


INTERVENTION EN CONSEIL MUNICIPAL 03/02/2017

-VILLE DE NANTES-

Vote budget 2017


Madame le maire, cher-e-s collègues,


Le vote du budget est un moment important, permettant de valoriser les choix politiques de notre majorité, dans un contexte économique, social et politique difficile pour les collectivités territoriales.


Avec une nouvelle baisse des dotations de l'État et une hausse régulière de la population nantaise, ce qui nous est demandé aujourd'hui - et depuis le début de ce mandat – est de faire mieux avec moins.


Malgré cette contrainte majeure, la Ville de Nantes continue à s'affirmer comme un territoire où l'égalité, la solidarité et la justice sociale restent au cœur du contrat passé avec les nantaises et les nantais. L'amélioration de l'accès au logement, l'attention particulière portée à l'éducation, la promotion de l'égalité Femmes-Hommes, le respect de la diversité sous toutes ses formes (linguistique, sociale ou de genre) sont autant d'exemples qui confortent Nantes comme une ville juste, solidaire et durable.

 

Cependant, la question de la pérennité de notre modèle se pose.


Pour l'Union démocratique bretonne, il est temps d'inventer un nouveau mode de gouvernance, dans lequel nos territoires acquerraient une certaine autonomie politique et fiscale, leur permettant d'ajuster leurs actions au plus près de leurs spécificités et singularités.


Nous pensons donc qu'une nouvelle étape de décentralisation est plus que nécessaire pour permettre à nos territoires de se renforcer selon leurs besoins, leurs atouts et leurs spécificités.


Cela devra être le socle de nouvelles solidarités dont nous débattrons en fin de matinée.


Nous pensons qu’une autonomie politique renforcée, à l’œuvre dans de nombreuses villes européennes comme Bruxelles, Hambourg, Bilbao ou Cardiff, devra permettre de lutter contre les inégalités et aider au développement de notre territoire au bénéfice de tous ses habitants.

 

En attendant et militant pour de telles évolutions institutionnelles, nous voterons bien évidemment le budget 2017.


Je vous remercie.

 

Pierre Emmanuel Marais (conseiller municipal délégué à la diversité linguistique, pédagogique et culturelle et aux activités périscolaires)


 

Manifestation pour la réunification : appel commun des élus UDB et EELV à la ville de Nantes

AddThis Social Bookmark Button

 

22/09/2016

Après la calamiteuse séquence de la réforme territoriale, la question des découpages territoriaux reste entière dans l'Ouest de la France. Il est clair que les trois régions administratives -Bretagne, Pays-de-la-Loire et Centre-Val-de-Loire - ne pourront être maintenues dans un statu-quo institutionnel qui nuira à terme au développement de ces territoires. 

 

La ville de Nantes va aussi être impactée négativement par le déséquilibre à venir avec des méga-régions comme l'Aquitaine et ses quatorze départements. Ces Euros-régions seront plus à même de développer des filières emploi/formation:recherche et de peser réellement au niveau européen. 

 

La question d'un rédécoupage des territoires de l'Ouest de la France se pose toujours et avec elle, celle de la réunification de la Bretagne. Mais pour avancer, dans le respect des identités culturelles, il nous faut mener une reflexion et construire une méthode pour donner un avenir à nos territoires.

 

Les élus EELV et UDB de la Ville de Nantes appellent donc les nantais à se mobiliser pour exprimer leur souhait que la question de la réunification de la Bretagne soit débattue démocratiquement, tout en ayant conscience qu'il faut tendre à un consensus sur un rédécoupage pertinent de l'Ouest de la France. Enfin, les élus EELV et UDB de la Ville de Nantes prendront rapidement une initiative pour relancer le débat au niveau des trois régions concernées.

 

Les élus UDB et EELV à la ville de Nantes

La rentrée scolaire et le développement de l'enseignement bilingue français-breton dans l'agglomération nantaise

AddThis Social Bookmark Button

 

31/08/2016

La rentrée scolaire à Nantes c'est l'accueil de 500 élèves supplémentaires, l'équipement progressif des écoles en vidéo-projecteurs interactifs, les travaux pour un accueil de qualité des élèves, un débat à venir sur l'après-école mais aussi une dynamique qui se ré-enclenche pour l'enseignement bilingue français-breton. L'ouverture d'une classe Grande section-CP aux Batignolles et d'une classe multi-niveau élémentaire à Diwan Nantes-sud sont les signes que le bilinguisme et la langue bretonne sont attractifs pour les familles nantaises. Sur l'agglomération, les bonnes nouvelles viennent aussi de Saint-Herblain avec l'ouverture d'une école Diwan au Sillon de Bretagne et l'installation d'une filière bilingue à l'école publique des Grands-bois. Les élus UDB de la Ville de Nantes constatent avec satisfaction que la diversité linguistique et culturelle est en action sur Nantes et sa Métropole.
 
Pierre-Emmanuel Marais
(pour le groupe UDB à la Ville de Nantes)

L’arbre aux Hérons : un projet bénéfique pour la singularité de Nantes

AddThis Social Bookmark Button

 

 


Le groupe UDB à la Ville de Nantes se réjouit de l’annonce faite par Madame Johanna Rolland d’installer le futur Arbre aux hérons dans la carrière Miséry.



Ce projet unique confirme que Nantes est une ville qui continue à porter des projets d’envergure, innovants et singuliers, à même de renforcer son image de ville attractive et originale. Ce choix inscrit la cité des Ducs de Bretagne dans un schéma d’aménagement urbain décentralisé au bénéfice de tous les territoires, ne concentrant pas tous les éléments phares sur l’île de Nantes ou dans le centre-ville. L’installation de l’Arbre aux Hérons dans la carrière Miséry va permettre de projeter le Bas-Chantenay dans une nouvelle phase, déjà ouverte par le projet de réaménagement mené par Bernard Reichen. Cet équipement de premier ordre devra ainsi permettre de valoriser le caractère industriel et maritime de Chantenay dans une logique d'ouverture sur la Loire.



Le groupe UDB de la Ville de Nantes portera enfin la demande d'une signalisation trilingue sur le site, français-anglais-breton. Il s'agira en effet de mettre en avant l'enracinement de l'Arbre aux Hérons dans cette ancienne carrière granitique du Bas-Chantenay, dernier soubresaut du sillon de Bretagne. Il s'agira aussi d'enraciner cet arbre dans un quartier en pleine mutation, quartier qui a accueilli une immigration intérieure importante venue du Morbihan et du Finistère, quartier des bas-bretons, souvent brittophones, dont l'histoire ouvrière marque les rues et ruelles de la butte Sainte-Anne jusqu'à Bellevue.



Pierre-Emmanuel Marais
Conseiller municipal UDB
Élu du quartier de Chantenay



07 87 36 41 66

Facebook Youtube Twitter Google Plus Flick’R

Tweetoù an dilennidi

Ana SOHIER

RT @JeanGuyTalamoni: Face aux approximations et contre-vérités émanant d’observateurs et d’élus, quelques précisions afin de bien comprendr…

Hor c’houlzadoù
Gant UDB

• L'Unvaniezh Demokratel Breizh • L'UDB Yaouank • Régions et Peuples Solidaires • Emglev Libr Europa • Ar c'hannad Paul Molac • Dilennidi-rannvro UDB •  Dilennidi-gêr UDB •



Blog an dilennadeg Europa 2014

Gerioù-alc’hwez