"Avec la LGV il sera plus rapide d’aller à Paris que d’aller à Nantes !"

AddThis Social Bookmark Button

 



Mme la Maire, Chers Collègues,


A quelques jours de la mise en service de la Ligne à Grande Vitesse Paris-Rennes, j'aimerais réaffirmer notre souhait de voir le réseau de transport public ferroviaire se développer de manière plus homogène sur le territoire, au-delà des axes « Paris-Province » où finalement, les villes comme Rennes et Nantes deviennent une banlieue Parisienne, au détriment d'autres liens entre les villes qui constituent l'armature urbaine de la Bretagne.


Malgré ce que l'on essaye de nous faire croire, ce développement cause une fracture territoriale, et accentue les inégalités sociales. Début juillet les parisiens pourront se rendre à Rennes en 1h25. Le gain de temps d'une demi-heure a entrainé une augmentation des prix des billets, des prix qui oscillent de manière rchique en fonction de la date, et qui ne permettent pas à tous d'en profiter régulièrement. Quel est l’avis des premiers concernés : les lycéens, les étudiants, les travailleurs et les salariés bretons qui utilisent le train comme mode de transport journalier, et qui pourraient se voir ainsi exclu ?


La ligne va coûter environ 3 milliard d’euros, payée par les contribuables, particulièrement ceux de Bretagne administrative puisque la région et les collectivités participent à un tiers de l'investissement. À 100 millions d’euros, on peut dire que la minute gagnée coûte chère !


La ligne Nantes – Rennes, les liaisons entre Rennes Nantes et Châteaubriant ou encore la ligne Quimper - Brest sont mis de côtés, alors que ce sont ses liens qui font vivre bon nombre de territoires. Avec la LGV il sera plus rapide d’aller à Paris que d’aller à Nantes !


Nous souhaiterions donc que la Région et la SNCF repensent leur politique en incluant ses habitants. Peut-être que Rennes métropole aurait pu faire une campagne de communication moins onéreuse et s'investir politiquement pour que ce service public profite à tous, et pas seulement aux entrepreneurs parisiens ou lyonnais. L'investissement de notre métropole dans ce projet nous montre une fois de plus à quel point il est urgent de pouvoir donner la parole aux habitants.


Ana SOHIER, conseillère municipale UDB à la Ville de Rennes

 

La réunification de la Bretagne c'est maintenant !

AddThis Social Bookmark Button

 

 

La pétition lancée par Bretagne réunie a atteint les 38 000 signataires. Le nombre de signataires est déjà exceptionnel, porté par l'engagement de militants et citoyens déterminés. L’objectif de 100 000 signatures pour que M. Philippe Grosvalet, président du Conseil départemental, exerce le droit d'option du département de Loire-Atlantique, c’est-à-dire enclenche le processus démocratique de réunification de la Bretagne, est à portée de main.

La fédération de Loire-Atlantique de l’UDB souhaite que le Président du Département prenne en compte la mobilisation citoyenne des habitants de Loire-Atlantique et organise un débat sur le droit d’option le plus rapidement possible, écoutant en cela la parole des citoyens relayée par l’association Bretagne réunie.

Certains élus départementaux s'étaient engagés, lors des dernières départementales, à organiser un débat sur le droit d’option. C'est le cas de Marcel Verger et de Claire Tramier dans leur profession de foi du 2ème tour suite au soutien d'Hervé Carro et Agnès Prunier de l'UDB.

Le renouveau de notre démocratie est au prix du respect de la parole donnée et s'inscrit sur le sujet dans la ligne de M. Ferrand, nouveau ministre qui a indiqué que seraient "facilités les rassemblements institutionnels sur la base du volontariat", précisant que la volonté du gouvernement était de "laisser émerger les propositions du terrain".

Michel BEAUPRÉ, responsable fédéral de l'UDB Loire-Atlantique

2ème tour de la présidentielle, voter Macron pour éviter le pire

AddThis Social Bookmark Button



A observer les échanges sur les réseaux sociaux, l'on peut craindre qu'une fraction importante de l'électorat de gauche ne choisisse l'abstention au second tour.

 

Certes, il est vrai que le programme d'Emmanuel Macron comprend des mesures que l'UDB refuse, comme la poursuite de la réduction des concours financiers aux collectivités territoriales ou la réforme du code du travail par ordonnances. Il manque aussi d'ambition face au défi de l'environnement. Mais Marine Le Pen, quant à elle, veut supprimer les régions, donc la Bretagne, pour renforcer le centralisme jacobin.

 

Par ailleurs, l'élection de Marine Le Pen ouvrirait la voie à une désintégration de l'Europe qui rendrait possible le retour des guerres qui, rappelons-le, ont fait des dizaines de millions de morts au 20ème siècle. Cela, aucun démocrate ne peut l'accepter.

 

Voter Macron le 7 mai, ce n'est pas lui donner un chèque en blanc, c'est la seule façon d'éviter le pire pour notre société, nos libertés.

 

On ne peut hésiter entre un démocrate et une candidate nationaliste et xénophobe. Nous devons retenir la leçon des élections américaines où le pire est arrivé, faute de mobilisation des démocrates. S'abstenir ou voter blanc, c'est donner à Marine Le Pen une chance d'être élue.

 

Pour toutes ces raisons , L'UDB appelle les Bretonnes et les Bretons à voter pour Emmanuel Macron sans hésitation.

 

Pour la section UDB du pays de Brest

 

Bernard LE BARS, secrétaire.


Nantes. Inauguration de la plaque "straed ar c'hastell"

AddThis Social Bookmark Button



Je tiens à remercier toutes les personnes présentes, les représentants associatifs, Michel Beaupré, responsable fédéral de l’UDB, Aurelien Boulé, collaborateur du groupe UDB, Visant Roué de l’office public de la langue bretonne, les élus, Sonia Meziane, Catherine Choquet, Gildas Salaun..., Johanna Rolland (qui ne pouvait être avec nous) et Olivier Château adjoint au patrimoine qui a évoqué brillamment la place de nos langues comme patrimoine immatériel au sens de la convention de Faro.

 

En travaillant sur le plan de développement de la signalisation bilingue sur l'espace public nantais, je pensais : Qu'est ce que nous disent ces plaques de rue ?

 

Elles nous disent d'abord l'histoire de notre ville où le breton a toujours été parlé - de façon le plus souvent minoritaire, voire caché - mais toujours vivant. C'est le cas aujourd'hui avec le dynamisme des écoles bilingues, l’action des nombreuses associations culturelles fédérées par l'agence culturelle bretonne, le Centre culturel Yezhoù-ha-Sevenadur, Kentelioù an noz hag all…

 

Ces plaques de rue nous inscrivent aussi dans la norme européenne à l'exemple de Cardiff qui montre le visage apaisé d'une cité promouvant le bilinguisme gallois-anglais.

 

Elles nous disent aussi la singularité de notre Ville, capitale de la Bretagne, nous parle d'une part essentielle de son identité. La langue bretonne offre à Nantes une chance de se démarquer, de renforcer son attractivité et le caractère pittoresque et authentique de la ville, constituant un intérêt touristique supplémentaire pour Nantes.

 

Elles nous parlent de la richesse des langues et l'importance de la diversité linguistique et culturelle. Mais pour qu'une langue vive, il faut qu'on l'entende et qu'elle se voie dans l'espace public.

 

Pour finir, qu'est-ce qu'elle me disent ces plaques bilingues ?

 

Une avancée politique bien sûr, pour mes camarades de l'UDB, pour tous les militants de la langue bretonne.

 

Une émotion personnelle enfin. Je pense à mes années d'apprentissage du breton ici à Nantes, à mes enfants scolarisés dans les écoles, collèges et lycée Diwan. Je pense enfin à ce guide touristique bilingue français-breton sur Nantes auquel j’avais collaboré et qui préfigurait déjà une géographie originale de Nantes en cherchant à révéler son âme bretonne, âme damnée pour certains, symbolisée par cette phrase étrange inscrite au sommet de la tour Dobrée : "an dianav a rog ac'hanon/ L’inconnu me dévore".

 

A cette époque, je n'imaginais pas un jour comme celui-ci, une journée si importante pour Nantes et pour la Bretagne.

 

Trugarez deoc'h !

 

Dioueliadur plakenn straed ar c'hastell

AddThis Social Bookmark Button



Da gentañ em eus c'hoant da drugarekaat an holl dud amañ, izili kevredigezhioù bed sevenadurel Bro-Naoned, Michel Beaupré, hag a zo e penn an UDB e Liger-Atlantel, hor c’henlabourer, Aurelien Boulé, Visant Roue deus ofis publik ar brezhoneg, dilennidi, Sonia Meziane, Catherine Choquet, Gildas Salaun..., Johanna Rolland (ha ne c’helle ket bezañ ganeomp) hag Olivier Château, eil-maer e-karg deus ar glad en deus komzet en un doare sklaer deus hor yezh evel ur glad dizanvezel e-ster kendivizad Faro.

 

En ul labourat war steuñv Diorren ar pannellerezh divyezhek e lec'hioù foran Naoned, em boa soñjet : Petra 'lâr ar plakennoù-straed-se deomp ?


Kontet 'vez deomp da gentañ istor ur gêr gant brezhonegerien enni – a-vizkoazh – un en doare kuzhet a-wechoù, bihanniverel met bev. Gwir eo hiziv-an-deiz, dre lusk skolioù divyezhek, dre lusk kevredigezhioù sevenadurel bodet gant an ajañs sevenadurel Breizh, dre lusk nevez kreizenn Yezhoù-ha-Sevenadur hag all...


Gant ar plakennoù-straed-se e vez diskouezhet emañ Naoned e-touez kerioù all Europa. An divyezhegezh zo ur reoladenn en Europa. Da skouer, Kerdiz a ziskouezh deomp dremm habask ur gêr a gas war-raok an divyezhegezh kembraeg-saozneg,

 

Diskouezh a reont deomp unvezhiadegezh kêr Naoned, kerbenn Breizh. Ar brezhoneg, hag a zo ul lodenn bennañ deus hec'h identelezh, a ro deomp an digarez da vezañ disheñvel, da greñvaat dedenn Naoned en ul lakaat war wel neuz kaer-kurius ha gwirion Naoned, da greñvaat he ziduadenn touristel.

 

Diskouezh a reont ivez, pinvidigezh ar yezhoù ha pegen pouezus eo liesseurted yezhel ha sevenadurel. Blam’, evit ma vefe bev ur yezh, dav eo deomp he c'hlevet, he kwelet el lec'hioù foran.

 

A-benn ar fin, petra 'dalv ar plakennoù-se evidon-me ? Un trec'h politikel eveljust, evidon hag evit ma c'hamaladed deus an UDB, evit ar re a stourm evit ar brezhoneg. Ur from personnel koulskoude. Soñjal a ran em bloavezhioù o teskiñ ar brezhoneg amañ ba Naoned, oc'h heuliañ ma bugale skoliataet gant Diwan. Soñjal a ran ivez el levr-henchañ em boa savet, divyezhek anezhañ hag a rakskeudenne ur jeografiezh divoutin deus Naoned en ur glask difraostañ ene breizhat ar gêr, un ene daonet evit lod, gant un arouez, an iskis a frazenn kizellet war tour Dobrée : an dianav a rog ac'hanon. D'ar mare-se n'em boa ket ijinet e vefe un deiz evel-se, un deiz ken pouezus evit Naoned hag evit Breizh !

Il faut poursuive l'enseignement de l'accordéon diatonique à Nantes !

AddThis Social Bookmark Button

 

La fédération UDB de Loire-Atlantique souhaite apporter son soutien au collectif qui se mobilise pour que se poursuive l'enseignement de l'accordéon diatonique au conservatoire de Nantes.

Fort du succès que rencontre cet instrument de musique traditionnelle depuis 13 ans, d'une demande sociale dynamique, de réalisation de nombreux projets artistiques, nous souhaitons que la pratique et l'enseignement de l'accordéon diatonique soient considérés à égalité avec d'autres pratiques musicales.

Il nous semble important que le dialogue entre le collectif et l'adjoint à la culture, David Martineau, trace des perspectives concrètes pour le maintien de cet enseignement artistique sur Nantes. Michel Beaupré Responsable fédéral de l'UDB Loire-Atlantique

Michel Beaupré, candidat de Oui la Bretagne dans la circonscription de Nantes-Orvault

AddThis Social Bookmark Button


Michel Beaupré, responsable fédéral de l'UDB Loire-Atlantique et directeur d'école publique, sera le candidat de Oui la Bretagne dans la circonscription de Nantes-Orvault aux élections législatives avec Clara Levrel en suppléante.

Si l'UDB, membre de la plate-forme Oui la Bretagne avait, dans un premier temps, engagé des discussions en vue de soutenir François De Rugy, député sortant, celles-ci n'ont pas abouti.

Le ralliement de M. De Rugy à Emmanuel Macron, contrairement à son engagement pris devant les français de soutenir le gagnant de la primaire du PS, ne correspond ni à notre conception du respect de la parole donnée, ni à nos valeurs.

La plateforme Oui la Bretagne portera donc elle-même ses propositions pour une France fédérale, solidaire et écologiste dans une Europe unie et, elle aussi, solidaire.

Le Département de Loire-Atlantique perd-il ses langues ?

AddThis Social Bookmark Button

 

A gauche l'actuel panneau, à droite un exemple de l'ancien modèle

Avant, en venant de Redon, il y avait un panneau bilingue avec notamment la mention "Degemer mat e Liger-Atlantel/Bienvenue en Loire-Atlantique".

Le Département a-t-il fait poser un panneau monolingue pour surfer sur la tendance actuelle portée par les candidats souverainistes aux Présidentielles, à savoir la projection vers un territoire uniformisé, monolithique et monolingue ?

La fédération UDB de Loire-Atlantique ne peut pas le croire alors que Philippe Grosvalet s'est engagé fortement aux côtés de la Présidente de Nantes métropole, Johanna Rolland pour soutenir le centre culturel breton Yezhoù-ha-Sevenadur.

La Fédération UDB de Loire-Atlantique souhaite que comme l'avait fait son ancien président, le socialiste Patrick Mareschal, les entrées du cinquième département breton puissent être bilingues à l'heure où la Ville de Nantes pose des plaques de rues français-breton dans son centre ville.

 
Michel Beaupré
Responable fédéral de l'UDB Loire-Atlantique

07 87 36 41 66

Facebook Youtube Twitter Google Plus Flick’R

Gwazh Twitter

Guyonvarc'h Kristian

Un goût de liberté... N'asservir ni autrui ni soi-même "Il a choisi de ne travailler que deux jours sur sept" https://t.co/R3SzfS1pp4

R&PS

Pour voir le clip de campagne de R&PS sur les chaînes de l'audiovisuel publique, voici le programme: Diffusion... https://t.co/kihmqxFgx1

Union Dém. Bretonne

RT @ArnoMahe: L'UDB-Oui la Bretagne présente des candidat-e-s dans toutes les circonscriptions des Côtes-d'Armor ! #Législatives https://t

R&PS

Ghislaine Rouge dit Gaillard 5ème Circonscription du Haut-Rhin défend les valeurs de l'humanisme rhénan... https://t.co/paf0gl1HkS

Union Dém. Bretonne

RT @SifitBZH: Marché de #Dinan ce matin avec nos militants Oui la #Bretagne Merci à eux qui font connaître nos idées pour des régions forte…

Hor c’houlzadoù
Gant UDB

• L'Unvaniezh Demokratel Breizh • L'UDB Yaouank • Régions et Peuples Solidaires • Emglev Libr Europa • Ar c'hannad Paul Molac • Dilennidi-rannvro UDB •  Dilennidi-gêr UDB •



Blog an dilennadeg Europa 2014

Gerioù-alc’hwez