Fédération UDB Finistère / Kevredad UDB Penn-ar-Bed

Fédération UDB Finistère

http://finistere.udb.bzh

Kevredad UDB Penn-ar-Bed

http://penn-ar-bed.udb.bzh

 

Nous contacter • Mont e darempred ganeomp

12 rue des Reguaires 29000 Quimper

  

Responsables fédéraux Responsables des sections

Responsable fédéral : Bernard Le Mao

Secrétaire fédéral : Christian Pierre

Secrétaire fédéral adjoint : Jakez Castrec

Trésorier fédéral : Philippe Cousin

Responsable du blog fédéral: Florence Dherve

Responsable Presse : Jean-Claude Le Gouaille

Pays de Brest - Bas Léon. Tanguy Kermorgant (resp.). Youenn Le Lay. Alain Kervern

Pays de Concarneau. Pierre Le Rest (resp.). Jakez Louer. Sylvie Le Du.

Pays de Douarnenez - Le Cap-Sizun. Bertrand Vaidie

Centre Bretagne Ouest - Kreiz Breizh. Raymond Géléoc

Pays de Landerneau.

Pays de Morlaix - Haut Léon.

Pays de Quimper - Pays bigouden. Bernard Le Mao et Naig Le Gars.

Pays de Quimperlé.

  


 

Interdiction des manifestations pro-kurdes : L'UDB condamne l'attitude de la prefecture du Finistere

AddThis Social Bookmark Button

 


Le préfet du Finistère a interdit dans le département toutes les manifestations relatives au soutien aux Kurdes dans leur lutte contre l'agression de l’État turc. A l'origine de cette mesure préfectorale, une attaque de nationaliste turcs contre des manifestants à Brest, le 10 février, qui rappelaient pacifiquement que l'armée turque bombarde, en violation du droit international, le canton autonome d'Afrin en Syrie, où les Kurdes ont mis en place une démocratie inédite dans la région.


Depuis plusieurs années, des milliers de combattants kurdes, hommes et femmes, sont engagés dans les combats au sol pour libérer le Moyen Orient de Daech et son projet totalitaire d'État islamique. Depuis plusieurs années, les Kurdes se battent et meurent pour nos libertés. Les États occidentaux, dont la France, se sont appuyés sur les combattants kurdes pour ne pas avoir à engager de troupes au sol. Aujourd'hui, ces mêmes États laissent l'armée turque d'Erdogan et ses supplétifs islamo-fascistes de Syrie agresser le canton d'Afrin. Ce cynisme nous révolte.


Le Préfet du Finistère renvoie dos à dos agresseurs et agressés, c'est intolérable et c'est honteux.


L'UDB apporte tout son soutien au combat des Kurdes pour leur autonomie.


Pour la Fédération du Finistère de l'Union Démocratique Bretonne


Le Responsable Fédéral

Bernard LE MAO

Lycée Jean Moulin à Plouhinec : I'UDB Bro Konk solidaire.

AddThis Social Bookmark Button

 

La section UDB Bro Konk a conscience que sa prise de position ira à l'encontre des habitudes politiciennes qui  consistent à s'assurer la bienveillance locale, quitte à prendre des positions contradictoires à quelques kilomètres de distance. Mais concernant le transfert annoncé de la formation en charpente marine du Lycée jean Moulin à Plouhinec a\r Lycée Pierre Guéguin à Concarneau, nous nous prononçons contre cette opération, liée à la fermeture du seul lycée de la région du Cap Sizun, déià particulièrement délaissée. Déshabiller Pierre pour (peut-être) habiller PauI ? Les options constantes de I'UDB concernant le maillage impliquent une cohérence qui ici s'oppose au localisme. En outre, il n'y a pas, en raison des délais, de certitude sur la capacité d'ouverture à Concarneau à la rentrée 2018. Il semble que les arguments des défenseurs du Lycée Jean Moulin commencent à porter : I'UDB les soutient, ici comme ailleurs. Pour la section, le secrétaire, Jakez LOUËIR

Refus de classe bilingue à Plouguernével : l'UDB s'étonne de la décision de la municipalité.

AddThis Social Bookmark Button



Alors que le rectorat et l'Office public de la langue bretonne (OPLB) sont d'accord pour l'ouverture d'une classe bilingue à l'école de Plouguernével, le conseil municipal vient de refuser cette opportunité. La section Kreiz Breizh de l'Union démocratique bretonne (UDB) exprime son étonnement devant cette décision incompréhensible.

Les élus disent craindre une "porosité" entre classe bilingue et monolingue. C'est admettre que nombre de familles seraient tentées par une scolarité français-breton ; refuser l'ouverture de cette classe, c'est donc priver ces familles d'un choix légitime.

L'UDB s'indigne particulièrement de la méthode hypocrite et rétrograde qui consiste à justifier ce refus en invoquant l'idée démagogique d'une classe français-anglais.

— Hypocrite, d'une part, car l'ouverture d'une classe français-breton est possible à court terme, et son enseignement se poursuivra ensuite au collège de Rostrenen. Au contraire, au-delà des effets d'annonce démagogiques, les classes en langue étrangère manquent souvent de suivi ultérieur, et aussi d'environnement favorable (elles sont "hors-sol" en quelque sorte) pour acquérir durablement des compétences.

— Rétrograde, d'autre part, car les linguistes modernes n'opposent plus langue régionale et langue étrangère ; au contraire, on voit que les jeunes issus des classes bilingues français + langue régionale ont beaucoup de facilités à acquérir ensuite les langues étrangères (comme l'anglais).

En refusant l'ouverture d'une classe français-breton, le CM de Plouguernével refuse donc aux enfants la chance de s'ouvrir à la fois vers leur région et vers le monde, et prend finalement le risque de les garder enfermés dans un monolinguisme étroit.

 

                                                                                  UDB Kreiz Breizh

L’UDB Ouest Cornouaille appelle les élus du Cap et alentour à se mobiliser pour le LP Jean-Moulin de Plouhinec

AddThis Social Bookmark Button

Les dés semblent pipés d’avance. Lundi, nous apprenions qu’un appel d’offres public pour la création d’un atelier de charpente marine à Concarneau avait été publié par le conseil régional avec des documents datés de deux jours avant leur vote en faveur de la fermeture du lycée. C’est une honte ! Absolument aucune considération pour les lycéens, les personnels du lycée et les habitants du Cap. C’est tout simplement du mépris auprès de notre région déjà en difficulté. Le conseil régional a failli et nos élus également.

 

Car si la résignation règne, c’est bien parce que nos élus, dans leur grande majorité, ont brillé par leur absence ! Un combat comme celui du lycée de Plouhinec ne peut réussir sans le soutien total et sans faille des élus.

 

C’est pourquoi nous soutenons une nouvelle fois l’association CAP Jean-Moulin dans sa demande de voir tous les élus du Cap monter à Rennes mardi prochain lors du rendez-vous entre la délégation du personnel et le recteur. C’est leur dernière chance de se montrer à la hauteur. Qu’ils demandent à être reçus par le président du conseil régional. Qu’ils montrent qu’ils sont prêts à défendre leur territoire et non pas à le vendre en échange d’une subvention qui ne maintiendra en rien les forces vives du Cap.

 

Nous appelons également les élus du pays de Douarnenez et du pays Bigouden à se joindre à eux en signe de solidarité. Que savons-nous de l’avenir ? Qui ne nous dit pas qu’un jour ce sera le tour du lycée professionnel du Guilvinec ? Il y a un an, le rectorat assurait aux personnels de Plouhinec qu’il n’y avait pas de fermeture de prévue…

L’UDB Ouest Cornouaille 

La fédération du Finistère de l’UDB demande le maintien des contrats aidés pour la rentrée de septembre

AddThis Social Bookmark Button

 

La suppression des contrats aidés fragilisera de nombreuses associations qui ne pourront pas maintenir leurs activités et devront se séparer des personnes concernées par ces contrats. Une telle situation sera, également, désastreuse pour la gestion quotidienne des services publics et, en particulier, pour le bon déroulement de la rentrée scolaire, notamment dans les écoles Diwan. Les emplois aidés sont, en effet, devenus indispensables pour assurer la mise en oeuvre des activités périscolaires, l'accompagnement des enfants en situation de handicap, l'entretien des locaux, etc…

 

Même si les contrats aidés ne sont qu’une réponse partielle et perfectible au problème du chômage, l’UDB dénonce cette attaque libérale, et strictement comptable qui supprime de nombreux emplois dans les services publics et met en péril des associations. L'UDB dénonce également la méthode technocratique d'un pouvoir centralisé incapable d'envisager les conséquences de ses décisions. L’UDB appelle à participer au rassemblement de Quimper ce samedi 2 septembre à 10 h 30 place de la Résistance et demande solennellement au Gouvernement de maintenir les contrats aidés pour la rentrée de septembre et de les pérenniser par un véritable statut.

2ème tour de la présidentielle, voter Macron pour éviter le pire

AddThis Social Bookmark Button



A observer les échanges sur les réseaux sociaux, l'on peut craindre qu'une fraction importante de l'électorat de gauche ne choisisse l'abstention au second tour.

 

Certes, il est vrai que le programme d'Emmanuel Macron comprend des mesures que l'UDB refuse, comme la poursuite de la réduction des concours financiers aux collectivités territoriales ou la réforme du code du travail par ordonnances. Il manque aussi d'ambition face au défi de l'environnement. Mais Marine Le Pen, quant à elle, veut supprimer les régions, donc la Bretagne, pour renforcer le centralisme jacobin.

 

Par ailleurs, l'élection de Marine Le Pen ouvrirait la voie à une désintégration de l'Europe qui rendrait possible le retour des guerres qui, rappelons-le, ont fait des dizaines de millions de morts au 20ème siècle. Cela, aucun démocrate ne peut l'accepter.

 

Voter Macron le 7 mai, ce n'est pas lui donner un chèque en blanc, c'est la seule façon d'éviter le pire pour notre société, nos libertés.

 

On ne peut hésiter entre un démocrate et une candidate nationaliste et xénophobe. Nous devons retenir la leçon des élections américaines où le pire est arrivé, faute de mobilisation des démocrates. S'abstenir ou voter blanc, c'est donner à Marine Le Pen une chance d'être élue.

 

Pour toutes ces raisons , L'UDB appelle les Bretonnes et les Bretons à voter pour Emmanuel Macron sans hésitation.

 

Pour la section UDB du pays de Brest

 

Bernard LE BARS, secrétaire.


Proposition de loi d’Annie Le Houérou sur les langues régionales : une manœuvre électorale

AddThis Social Bookmark Button

 

 

Ce mardi 31 janvier 63 députés ont voté les trois derniers articles de la proposition de loi sur les langues régionales d’Annie Le Houérou.

 

Un vote absurde puisque ce texte adopté moins d’un mois avant la clôture de la session parlementaire n’a aucune chance de faire la navette Assemblée-Sénat. Pourquoi ne pas avoir proposé ce texte en 2012 au début de la législature ?

 

A lʼapproche des élections législatives comment de pas penser à une manœuvre électorale. Le refus par le parti socialiste de ratifier la charte Européenne des langues régionales et minoritaires a déjà démontré quʼil ne faut rien espérer de Paris. Nous attendons en revanche de véritables progrès de la part des collectivités locales bretonnes.

 

En centre Bretagne nous attendons toujours le respect de l’engagement pris, par Alain Guéguen, suppléant d’Annie Le Houérou  pour les prochaines législatives, de faire signer la charte « Ya ! d’ar brezhoneg » par la commune de Plouguernével… et que dire de la CCKB, lors de la cérémonie des vœux, le président, Jean-Yves Philippe, n’a pas une seule fois évoqué l’avenir de la langue bretonne…

 

Nous demandons des actes sur le terrain pas des effets de manche à l’Assemblée Nationale.

 

Pour l’UDB Kreiz Breizh : Hervé Le Gall

Fédération UDB du Finistère : Pays de Cornouaille ou le bal des hypocrites

AddThis Social Bookmark Button

 

 

Nous réagissons sur le débat à propos de la décision de la communauté de communes de Pleyben-Chateaulin-Porzay (par ailleurs peu pertinente du point de vue territorial... et géographique!) d'adhérer au Pays de Brest, et souhaitons une réflexion sur le territoire de la Cornouaille.


- Tout d'abord, en constatant que le Pays de Cornouaille n'existe pas, ou plutôt n'existe plus. En effet, comme il est mentionné sur son site :« Début 2011, les missions, actions et collaborateurs du Pays de Cornouaille ont été intégrés à Quimper Cornouaille Développement », agence de développement économique et d'urbanisme (!). Des lors, il était clair que cette nouvelle structure était prioritairement dévolue à l'agglomération de Kemper, dont plus on s'en éloignait, moins on était concerné, notamment en terme de financements et de projets (un seul exemple : l'abattoir de Pont-Croix, dont ne s'est guère soucié QCD).


- Il est donc curieux de reprocher le manque de vision de son actuel Président, Ludovic Jolivet - dont il est effectivement dépourvu -, quand la précédente majorité a déconstruit le Pays de Cornouaille, et dont certains anciens responsables s'offusquent aujourd'hui de son «délitement».


L'UDB propose la formation d'un nouveau périmètre, en cohérence avec le bassin de vie, et recouvrant la Cornouaille maritime. Ce projet d'agglomération, pourrait regrouper plusieurs EPCI (Établissements Publics de Coopération Intercommunale) : outre le Pays Glazik à partir de cette année, l'agglomération devrait intégrer le pays fouesnantais, voire ceux de de Douarnenez et du Cap Sizun, ou communes en étant membres, afin de former un territoire cohérent (de l'« hinterland» rural à la façade littorale), à l'instar d'autres EPCI en Bretagne administrative (Pays d'Auray, du Méné, de Broceliande...). Le Pays de Kemperle (pour une grande part) aurait quant à lui vocation à rejoindre le Pays de Lorient, dont il est plus proche en terme de bassin de vie et d'emploi.


Nous préconisons enfin une autre méthode que celle utilisée par les dirigeants, à marche forcée et sous la férule du préfet, au mépris des élus des petites communes -que l'on ne doit pas réduire à des figurants sans pouvoir -, et sans consultation des habitants. Bref, une démocratie territoriale.


Pour la fédération UDB Finistère, Naig Le Gars et Bernard Le Mao

 

 

07 87 36 41 66

Facebook Youtube Twitter Google Plus Flick’R

Nos campagnes
Avec l'UDB


Mots-clefs