Refus de classe bilingue à Plouguernével : l'UDB s'étonne de la décision de la municipalité.

AddThis Social Bookmark Button



Alors que le rectorat et l'Office public de la langue bretonne (OPLB) sont d'accord pour l'ouverture d'une classe bilingue à l'école de Plouguernével, le conseil municipal vient de refuser cette opportunité. La section Kreiz Breizh de l'Union démocratique bretonne (UDB) exprime son étonnement devant cette décision incompréhensible.

Les élus disent craindre une "porosité" entre classe bilingue et monolingue. C'est admettre que nombre de familles seraient tentées par une scolarité français-breton ; refuser l'ouverture de cette classe, c'est donc priver ces familles d'un choix légitime.

L'UDB s'indigne particulièrement de la méthode hypocrite et rétrograde qui consiste à justifier ce refus en invoquant l'idée démagogique d'une classe français-anglais.

— Hypocrite, d'une part, car l'ouverture d'une classe français-breton est possible à court terme, et son enseignement se poursuivra ensuite au collège de Rostrenen. Au contraire, au-delà des effets d'annonce démagogiques, les classes en langue étrangère manquent souvent de suivi ultérieur, et aussi d'environnement favorable (elles sont "hors-sol" en quelque sorte) pour acquérir durablement des compétences.

— Rétrograde, d'autre part, car les linguistes modernes n'opposent plus langue régionale et langue étrangère ; au contraire, on voit que les jeunes issus des classes bilingues français + langue régionale ont beaucoup de facilités à acquérir ensuite les langues étrangères (comme l'anglais).

En refusant l'ouverture d'une classe français-breton, le CM de Plouguernével refuse donc aux enfants la chance de s'ouvrir à la fois vers leur région et vers le monde, et prend finalement le risque de les garder enfermés dans un monolinguisme étroit.

 

                                                                                  UDB Kreiz Breizh

07 87 36 41 66

Facebook Youtube Twitter Google Plus Flick’R

Nos campagnes
Avec l'UDB


Mots-clefs