"Avec la LGV il sera plus rapide d’aller à Paris que d’aller à Nantes !"

AddThis Social Bookmark Button

 



Mme la Maire, Chers Collègues,


A quelques jours de la mise en service de la Ligne à Grande Vitesse Paris-Rennes, j'aimerais réaffirmer notre souhait de voir le réseau de transport public ferroviaire se développer de manière plus homogène sur le territoire, au-delà des axes « Paris-Province » où finalement, les villes comme Rennes et Nantes deviennent une banlieue Parisienne, au détriment d'autres liens entre les villes qui constituent l'armature urbaine de la Bretagne.


Malgré ce que l'on essaye de nous faire croire, ce développement cause une fracture territoriale, et accentue les inégalités sociales. Début juillet les parisiens pourront se rendre à Rennes en 1h25. Le gain de temps d'une demi-heure a entrainé une augmentation des prix des billets, des prix qui oscillent de manière rchique en fonction de la date, et qui ne permettent pas à tous d'en profiter régulièrement. Quel est l’avis des premiers concernés : les lycéens, les étudiants, les travailleurs et les salariés bretons qui utilisent le train comme mode de transport journalier, et qui pourraient se voir ainsi exclu ?


La ligne va coûter environ 3 milliard d’euros, payée par les contribuables, particulièrement ceux de Bretagne administrative puisque la région et les collectivités participent à un tiers de l'investissement. À 100 millions d’euros, on peut dire que la minute gagnée coûte chère !


La ligne Nantes – Rennes, les liaisons entre Rennes Nantes et Châteaubriant ou encore la ligne Quimper - Brest sont mis de côtés, alors que ce sont ses liens qui font vivre bon nombre de territoires. Avec la LGV il sera plus rapide d’aller à Paris que d’aller à Nantes !


Nous souhaiterions donc que la Région et la SNCF repensent leur politique en incluant ses habitants. Peut-être que Rennes métropole aurait pu faire une campagne de communication moins onéreuse et s'investir politiquement pour que ce service public profite à tous, et pas seulement aux entrepreneurs parisiens ou lyonnais. L'investissement de notre métropole dans ce projet nous montre une fois de plus à quel point il est urgent de pouvoir donner la parole aux habitants.


Ana SOHIER, conseillère municipale UDB à la Ville de Rennes

 

07 87 36 41 66

Facebook Youtube Twitter Google Plus Flick’R

Nos campagnes
Avec l'UDB


Mots-clefs