Hydroliennes : le boulet du nucléaire...

AddThis Social Bookmark Button


Les élus paimpolais, ceux de Ploubazlanec ou de GP3A ont protesté, à juste titre, contre la décision, annoncée par EDF et Naval Energies, d'abandonner le projet d'hydroliennes au large de Bréhat. Les engagements non tenus, les investissements déjà réalisés devenus inutiles, les subventions publiques versées à perte... tout contribue à faire de cette annonce un véritable scandale.

Elle intervient au moment où le gouvernement, réalisme oblige, fait savoir que la promesse de réduire à 50 % la part du nucléaire dans la production d'électricité d'ici 2025 ne sera pas tenue. Y a-t-il lieu de s'en étonner quand on sait que la centrale de Fessenheim, la plus ancienne des centrales françaises, la plus dangereuse aussi, n'est toujours pas fermée ?

Le nucléaire a été "vendu" aux Français comme étant la source d'énergie la moins polluante et la moins coûteuse. Un mensonge d'Etat, quand on sait que ni le coût du retraitement des déchets, ni celui du démantèlement des centrales en fin de vie n'étaient pris en compte. La facture risque d'être salée pour les Français, et surtout pour les plus modestes d'entre eux, dont beaucoup se chauffent à l'électricité... C'est que le poids du lobby nucléaire se fait toujours sentir et explique aussi pourquoi les projets alternatifs ne sont pas mieux portés et plus rapidement développés.

C'est ainsi que le projet hydrolien de Bréhat est abandonné, tandis que celui d'éolien offshore en baie de Saint-Brieuc se traine depuis des années sans que l'on semble en apercevoir l'aboutissement.

L'UDB Paimpol-Goëlo demande qu'un véritable coup d'accélérateur soit donné aux projets de production d'énergie renouvelable. Cela ne peut venir que d'une véritable volonté politique qui semble aujourd'hui absente. L'exemple du Danemark (5,7 millions d'habitants) ne peut que nous faire rêver : l'éolien satisfait aujourd'hui 40 % de ses besoins en électricité... La Bretagne (4,6 millions d'habitants), dotée d'une véritable autonomie régionale et des moyens financiers nécessaires, pourrait elle aussi œuvrer à son autonomie énergétique...

Suite aux réactions et à la colère qu'elle a provoquée, prenant conscience des effets désastreux de sa communication, ou plutôt de son absence de communication, EDF tente désormais de mettre un peu de pommade sur la plaie béante. Elle promet de nouvelles pistes pour le site en 2018 mais à Paimpol, on est bien placé pour savoir que les promesses n'engagent que ceux qui y croient... Pour l'UDB il est nécessaire de demeurer vigilants et attentifs aux suites qui seront réellement données à ces nouvelles promesses...

07 87 36 41 66

Facebook Youtube Twitter Google Plus Flick’R

Nos campagnes
Avec l'UDB


Mots-clefs