Vidéosurveillance à Rennes : "vivre en intelligence plutôt que sous surveillance"

AddThis Social Bookmark Button

 

 

Mme La Maire, Chers collègues

 

Nous avons déjà eu l’occasion de nous exprimer à de nombreuses reprises contre la vidéosurveillance. L’évaluation qui a été menée confirme, selon nous, les limites de ce système. Le débat d'aujourd’hui porte sur l’extension du réseau de caméras géré par la ville de Rennes qui passerait de 32 caméras à 40 fixes et 8 mobiles. Ce n’est pas un important développement, nous le concédons et le choix des lieux n’est pas incohérent. Mais il nous dérange car il cache une autre réalité, celle de l’extension globale de la surveillance vidéo. Lorsqu’il s’agit des banques ou de Keolis (pour KEOLIS, nous savons qu'il y a des caméras dans 366 bus, 627 dans les stations et parcs relais et 240 caméras dans les rames de métro.), ni la commune, ni les citoyens n’ont leur mot à dire ! Même si 40 caméras sont dérisoires par rapport à certaines villes comme Nice qui en compte 200, un outil si coûteux ne nous semble à la hauteur d’une véritable politique de sécurité et de tranquillité. Il ne permet de couvrir que des zones limitées, et son effet principal sur la délinquance est surtout de la déplacer. Dès lors, on voit mal en quoi la vidéosurveillance pourrait produire autre chose que des îlots de sécurité illusoire.

 

Pour garantir la protection de nos concitoyens, rien ne remplace d’une part la présence physique des forces de l’ordre, qui ont sur les caméras de videosurveillance l’avantage d’être mobiles et de pouvoir intervenir, et d’autre part la médiation sociale, pour prévenir en amont les situations conflictuelles. La logique de la vidéosurveillance ne peut conduire qu’à une fuite en avant, qu’à une tendance à élargir toujours davantage le champ de la surveillance à distance. Alors qu’une nouvelle loi liberticide vient d’être votée par le Parlement, force est de constater que c’est la politique globale de sécurité et de tranquillité publique qui est a interroger et non pas uniquement le rôle de la ville.

 

La vidéosurveillance ne doit pas conduire à une politique de l’autruche. Les policiers municipaux sont présents (et le seront encore plus avec l’arrivée de nouveaux agents), mais n’ont pas le pouvoir d’intervenir dans tous les domaines. Qu’il s’agisse du trafic de drogue ou même d’excès de vitesse, ils doivent systématiquement faire appel à la police nationale qui, elle, dépend du préfet.

 

Il est difficile pour un policier municipal d’être pleinement efficace quand il est en 1ère ligne sur le terrain pour assurer tranquillité et médiation mais n’est pas soutenu par la police nationale lorsqu’il s’agit de réprimer. La question de la légitimité des forces de l’ordre se pose aujourd’hui.

 

Alors que le Président Macron appelait de ses vœux un « pacte girondin », comment comprendre que la police soit toujours rattachée à un préfet qui ne tient son pouvoir que de l’État central ? La police, dès lors qu’elle répond aux ordres d’un pouvoir lointain, perd en légitimité populaire. Cela s’est vu l’an dernier lors des manifestations contre la loi « Travail ». La mairie payait, une fois encore, les pots cassés par l’État. Nous devrions pouvoir rétablir un rapport de confiance avec la police en la réorganisant fondamentalement. Plutôt que des policiers municipaux sans pouvoir, nous préconisons la création d’une police régionalisée, plus ancrée sur le territoire, qui fusionnerait les services de police et de gendarmerie existants.

 

Ainsi, notre débat sur l’extension de la vidéosurveillance cache malheureusement un problème de fond dont la collectivité n’est pas seule responsable mais qui devra être traité. Notre position sur la vidéosurveillance n’ayant pas évolué, nous voterons contre cette délibération. Nous pensons en effet que, moyennant une politique de médiation accrue et des moyens d’agir pour une nouvelle police de proximité, les citoyens rennais pourraient

.

Je vous remercie

07 87 36 41 66

Facebook Youtube Twitter Google Plus Flick’R

Tweets des élus

yannsyz

@mathildemathieu très loin d'être un défenseur du gars, mais je ne trouve pas dans l'image ce qui prouve votre assertion ?

yannsyz

@yannsyz passez le mot à ceux qui votent pour eux : ces gens votent contre Bretagne et intérêt des Bretons, et en +donnent image de goujats

yannsyz

Donc, en 1semaine, FN en Bzh : -ne vote pas la défense des prénoms bretons -vote contre renfort politique éco de la… https://t.co/b2e6d15K8J

Nos campagnes
Avec l'UDB


Mots-clefs