Vote du budget 2018 de la ville de Rennes

AddThis Social Bookmark Button



01/02/2018

Madame la Maire, Chers collègues,

Nous votons ce soir le budget de notre ville pour l’année 2018.

Les décisions de l'année 2017 relatives aux collectivités territoriales qui vont s'appliquer en 2018 sont pour le moins inédites et le pacte imposé par l'état aux plus grandes collectivités, validé par le Conseil constitutionnel, remet selon moi en cause les grands principes des lois de décentralisation de 1982, qui fondaient notre démocratie contemporaine. Car finalement, derrière un pseudo discours girondin de modernisation des institutions et des pratiques, la politique menée par le Président de la République et son 1er ministre ressemble sur ce point à une vieille politique centralisatrice et libérale.

l'Etat français, incapable de se réformer, préfère faire peser la charge sur les collectivités accusées de mauvaise gestion. Effectivement, celles-ci recrutent des agents pour gérer des services publics de proximité au bénéfice de leur population et c'est très bien ! Dans le même temps, 25 milliards d'euro sont engagés pour mener à bien le Grand Paris Express ; infrastructure qui serait probablement inutile si la France avait voulu aménager son territoire pour éviter la surconcentration, y compris sur le plan économique.

Difficile également de parler du budget des collectivités sans évoquer la suppression de la taxe d'habitation. Sans défendre cet impôt local qui méritait, comme beaucoup d'autres, d'être repensé, la manière dont cette réforme a été menée est ridicule et la compensation provisoire injuste. Petit à petit, les marges d'autonomie fiscale que possédaient encore les collectivités disparaissent. Par contre, du côté de l'Etat, on attend toujours les réformes structurelles !

Nuls doutes que l'ensemble de ces nouvelles dispositions vont impacter la ville de Rennes qui, comme l'a dit Mme La Maire, fera valoir ses arguments pour faire comprendre qu'une politique ne se résume pas à quelques indicateurs, surtout en période de croissance démographique. Car l'effort de désendettement sur 5 ans et l'augmentation maîtrisée à 1,2 % des dépenses de fonctionnement va impacter les territoires et réduire les investissements locaux. N’oublions pas que l’investissement public bénéficie directement à l’économie et à l’emploi.

Avec cette mesure, comment aurions-nous fait, il y a quelques années, pour augmenter fortement la subvention dont le CCAS avait besoin pour venir en aide aux populations les plus démunies de notre ville. Aurait-il fallu diminuer les subventions aux associations culturelles, ou aux clubs sportifs ? Ne plus aider les associations qui voyaient les emplois aidés rabotés ?

Il y a bien un chiisme aujourd’hui entre la politique de notre ville et celle de l’Etat, qui fait écho à cette phrase tristement connue d’Emmanuel Macron : « Il y a des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien ».

A Rennes, notre vision n'est pas celle-là et c'est pourquoi nos politiques sont ambitieuses et fondamentalement humanistes.

Notre vision diverge également avec l’Etat en ce qui concerne la politique migratoire même si beaucoup reste encore à faire dans ce domaine. Pour Rennes, investir dans la vie et le développement des quartiers est une évidence : nous affectons 12 millions d'euro au soutien à la vie associative et au fonctionnement des équipements de quartier et plus de 21 millions à l'action sociale.

Pour les salariés, l’année 2018 s’annonce, je l’espère, plus sereine que l’année précédente. Madame La Maire a insisté à l’occasion de ses vœux sur le rôle prépondérant des agents dans la mise en œuvre des politiques publiques. En tant qu’employeur public, la ville a également un rôle à jouer pour favoriser la qualité de vie au travail. N’oublions pas que l’emploi public contribue largement à la dynamique économique de notre bassin d’emploi. Dans ce domaine, la Ville et la Métropole ont entre leurs mains un levier important de la politique de l’emploi.

C’est au sujet de sa gouvernance que la Métropole est aujourd’hui attendue, du côté des citoyens comme du côté de ses représentants élus. Nous sommes nombreux, je crois, à nous interroger sur son fonctionnement et à regretter l’éloignement des citoyens. Un travail doit être mené sur les valeurs de cette collectivité et les fondements de l’intérêt général communautaire. Nous appelions de nos vœux, l’année dernière, la mise en place d’une fabrique citoyenne à l’échelle de la Métropole, force est de constater que nous n’y sommes pas. Ces politiques qui visent à faire participer les citoyens à l’action publique sont fondamentales comme celles qui agissent pour renforcer la cohésion sociale.

Il est important que la Ville maintienne son effort financier au profit des associations et des structures qui, dans les quartiers, accompagnent les citoyens dans leur vie quotidienne ou leurs projets.

Le budget qui nous est présenté aujourd’hui respecte les grands équilibres et est fidèle au principe de solidarité qui compte beaucoup pour notre majorité. Ce budget reste malgré tout ambitieux avec de nouvelles perspectives que les projets issus de la troisième saison du budget participatif viendront étoffer.

Chers collègues, le vote d’un budget est le moment de réaffirmer notre responsabilité face aux rennais, et d’en être digne. Je voterai ce budget 2018 qui a l’ambition de faire évoluer notre ville dans un contexte contraignant.

Merci de votre attention, 

07 87 36 41 66

Facebook Youtube Twitter Google Plus Flick’R

Tweets des élus

Ana SOHIER

RT @DivYezhBruz: @DivYezhBruz Parler breton avec ses enfants "Komz brezhoneg gant e vugale" - Stage d’initiation au breton, réalisé par @sk

Ana SOHIER

RT @AitaBreizh: Politikerezh yezh Rannvro #Breizh : lizher digor kaset d'an holl guzulierien Ur gwir diviz a-berzh ar rannvro evit ar #bre

Ana SOHIER

RT @AitaBreizh: Politique linguistique de @regionbretagne : lettre ouverte aux conseillers.ères régionaux Pour une vraie politique linguis…

Nos campagnes
Avec l'UDB


Mots-clefs