La Bretagne pour une Europe sociale / Breizhiz dorn-ha-dorn gant pobloù Europa

AddThis Social Bookmark Button

 

juin 2014 

=> dossier de présentation à télécharger - pdf

Communiqué du 26 mai 2014 :

Élections européennes, une sanction, deux leçons

La Bretagne n'a pas besoin d'un repli chauvin et nationaliste : elle a besoin d'ouverture sur le monde

http://www.la-bretagne-pour-une-europe-sociale.eu/


 

L'Alliance Libre Européenne et son groupe d'Eurodéputés

Alliance Libre Européenne. Succès pour les partis membres de l'ALE aux élections européennes

AddThis Social Bookmark Button

 

26/05/2014 

L'élection au Parlement européen de 2014 est un énorme succès pour les partis membres de l'ALE avec un total de 12 députés, contre sept précédemment.

Dans le cadre de notre couverture des élections voici un bref aperçu des résultats.

L'État espagnol est organisé en une seule circonscription, à l'échelle de l'État où les partis de l'ALE sont sur plusieurs listes.

Esquerra Republicana de Catalunya (ERC) connait une victoire retentissante avec deux députés, le philosophe multilingue Josep Maria Terricabras sera rejoint par le vétéran de la politique Ernest Maragall. Le Secrétaire général de l'ALE Jordi Sole prend la relève de M. Maragall, après deux ans et demi.

Le résultat des élections en Catalogne envoie également un message important vers l'Europe avec 61% des électeurs catalans votant pour des partis pro-indépendance. En outre, le taux de participation était de 10% plus élevé en Catalogne qu'en Espagne ce qui souligne cet appui indépendantiste. À en juger par les résultats des élections, l'ERC est maintenant le parti à l'électorat le plus large en Catalogne à 23,6% battant la CiU (21,5%), en deuxième place.

Dans le Pays Basque, les partis de l'ALE forment une coalition "Les Peuples Décident", comprenant Eusko Alkartasuna, Aralar, le Bloc Nationaliste Galicien, ainsi que Sortu, le sortant Josu Juaristi. Le siège sera partagé avec l'ancienne députée européen Ana Miranda (BNG).

En Aragon et Valence, on a célébré la nuit dernière la victoire du nouveau venu Sebastia Jordi sur la liste Primavera Europea, comprenant les partis de l'ALE : Chunta Aragonista, le Bloc nationaliste Valencia.

Le Partido Andalucista croit son audience de 70 % par rapport à 2009.

La présidente du groupe de l'ALE au Parlement, Jill Evans, a remporté la plus belle victoire, pour le Pays-de-Galle : de 11% en début de campagne, elle maintient le siège au Plaid Cymru, grâce à la confiance de plus de 15% des voix, malgré la présence de UKIP.

En Ecosse, c'est le gouvernement écossais du SNP qui a remporté le plus de votes, avec Ian Hudghton et Alyn Smith. Ils gardent leurs sièges, un troisième siège est manqué de peu. En outre, le vote écossais indique une augmentation du vote pour les partis pro-indépendantistes ainsi qu'une progression des Verts écossais.

En Flandre, la Nouvelle alliance flamande (N-VA) connait un immense succès en augmentant leur nombre de députés de un à quatre avec Johan Van Overtveldt, Helga Stevens, Mark Demesmaeker, député européen sortant, et Louis Ide.

Le syndicat russe letton, dirigé par Tatjana Zdanoka, garde un poste de député avec 6,38% (9,9% en 2009).

Malgré une vigoureuse campagne de la fédération Régions et Peuples Solidaires, l'eurodéputé corse François Alfonsi n'était pas en mesure d'atteindre le seuil nécessaire pour l'élection dans la grande circonscription France-Sud-Est.

Le Parlement va maintenant connaitre un processus de négociations intensives ; les députés doivent finaliser leur groupe politique d'appartenance.

 

Un des premiers emplois pour les nouveaux députés de l'ALE sera de décider qui soutenir comme nouveau président de la Commission.

 

Cet article sur le site de l'ALE

Plus d'informations sur les partis de l'Alliance Libre Européenne sur nos réseaux sociaux et notre site web :

 

Le groupe ALE-Les Verts européens est le 4ème au Parlement européen

Jill Evans réélue au Parlement européen

AddThis Social Bookmark Button

 

26/05/2014

Elections européennes : une sanction, deux leçons

AddThis Social Bookmark Button

 

26/05/2014

Dans la plupart des Etats européens et plus encore en France les résultats des élections européennes sont une sanction pour les politiques conduites ou prônées par les partis de gouvernement, de la droite conservatrice et libérale à la social-démocratie. En contrepoint, ces élections européennes montrent une adhésion croissante dans la population aux thèses du repli sur les frontières nationales comme antidote à la montée du chômage et à la dégradation des conditions de vie des classes populaires et moyennes. Il est frappant et très inquiétant de constater que l'adhésion aux thèses du repli nationaliste monte fortement chez les catégories populaires et les jeunes. 

Ce repli nationaliste est un danger majeur pour l'unité européenne, sans laquelle il est vain d'espérer réguler le commerce international et décourager la finance spéculative. Ce repli nationaliste et chauvin représente aussi une aberration pour une région comme la Bretagne qui, placée où elle est, péninsule océanique à la périphérie de la France et de l'Europe, a un besoin vital de continuer à échanger avec l'Europe et le monde. L'histoire des relations entre la Bretagne et la France depuis 500 ans nous enseigne d'ailleurs que chaque fois que la France s'est repliée sur ses frontières, chaque fois l'économie bretonne s'est effondrée et la misère s'y est répandue. Mais, faute d'être enseignée, qui connaît l'histoire de la Bretagne aujourd'hui ? Pourtant, la connaissance de soi-même est le premier pas vers la maîtrise de son destin.  

Nous tirons deux leçons de ce scrutin : 

  • l'urgence d'une réorientation de l'Union européenne pour une Europe de la croissance durable et de l'efficacité sociale. Le projet européen doit être mis au service d'une politique de croissance durable, favorable à l'emploi et à l'environnement. L'Union européenne doit rompre avec les politiques d'austérité et investir massivement dans ce que l'économiste américain Jeremy Rifkin appelle la « troisième révolution industrielle », à savoir la connexion entre la transition énergétique (efficacité et énergies renouvelables) et le numérique. Les Etats qui ne veulent pas de cette orientation vers une Europe de l'emploi durable devront quitter le navire. Ou dit autrement, les Etats favorables à l'Europe sociale doivent faire bloc et se protéger face à toutes les formes de concurrence déloyale, qu'elles viennent de l'extérieur ou de l'intérieur même de l'Europe. 
  • l'urgence d'un vrai pouvoir de décision dans une Bretagne réunifiée. En Bretagne, alors qu'un scrutin de nature européenne ne s'y prêtait guère, plus de 9% des suffrages se sont portés sur des listes qui faisaient de l'obtention d'un vrai pouvoir de décision en région une priorité majeure. C'est un fait électoral sans équivalent ailleurs en France, si ce n'est en Corse. Le gouvernement doit entendre ce message, maintenant, en inscrivant l'Assemblée de Bretagne (collectivité unique fusionnant le Conseil régional et les conseils départementaux) et la réunification administrative de la Bretagne dans la nouvelle réforme territoriale que François Hollande doit rendre publique dans quelques jours.

Christian Guyonvarc'h

 

Le 25 mai, votons "La Bretagne pour une Europe sociale / Breizhiz dorn-ha-dorn gant pobloù Europa"

AddThis Social Bookmark Button

  

Interview sur France 3


Un tro Breizh vers l'Assemblée de Bretagne


Quelles priorités s'il est élu député européen ?


RPS, un fédération active en France


Quelle Europe pour demain ?


Panneaux officiels : Qui s'y colle ?


Discours de Lorient de Christian Guyonvarc'h


Une liste bretonne active en Europe


Les colistiers


  Le programme  


Lakaat mouezh an holl Vretoned da vezañ klevet


Dessinons un avenir à la Bretagne


Je suis européen ! Je vote la Bretagne !


Le bulletin de vote


Un abadenn war RBG gant Patricia Riou : Perak emaomp war ar renk ?

AddThis Social Bookmark Button

 

23/05/2014

La Bretagne pour une Europe sociale en visite à Rohan

AddThis Social Bookmark Button

 

22/05/2014

Patricia Riou, première Morbihannaise de la liste La Bretagne pour une Europe sociale, et Mona Bras, également candidate et porte parole de l’UDB, accompagnées de Françoise Flageul, responsable de l’UDB Morbihan, ont visité ce mercredi l’entreprise Roc’han Maille : http://www.rochan-maille.fr/l-entreprise.html

Cette entreprise produit en Bretagne des vêtements à mailles, sous 2 marques, Forcier et Busnel. Elle est née sous sa forme actuel de la reprise de l’activité par 4 de ses salariés devenus ainsi dirigeants de leur outil.
 
L’occasion pour nos trois responsables d’échanger sur les suites de l’accompagnement de cette reprise par les collectivités publiques, et de rappeler les engagements de la liste menée par C. GUYONVARC’H : pour continuer de produire en Bretagne et se préserver du dumping
 
De nos voisins, il faut enfin s’engager sur la voie de l’harmonisation fiscale et sociale en Europe.
 

Le Tro-Breizh... vers une Assemblée de Bretagne

AddThis Social Bookmark Button

 

22/05/2014 

Retrouvez sur Facebook ou Twitter toutes nos actions

Facebook  Youtube  Twitter  Google Plus  Flick’R

02.96.61.48.63

Nos campagnes
Avec l'UDB

• L'Union Démocratique Bretonne • L'UDB Jeunes • Régions et Peuples Solidaires • Alliance Libre Européenne • Le député Paul Molac • Les élus régionaux de l'UDB • Les élus municipaux de l'UDB •



• Le blog des européennes • innovation-emploi-en-bretagne.fr •

Mots-clefs